Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : pourquoi la HAS limite-t-elle l'utilisation du vaccin Janssen ?

Idèr Nabili
Publié le 21 février 2022 à 15h21, mis à jour le 23 février 2022 à 18h41
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'utilisation du vaccin Janssen contre le Covid-19 va être temporairement limitée en France.
Selon une étude aux résultats "préliminaires", le produit entraînerait une "légère augmentation des risques d'infarctus du myocarde".
La Haute autorité de santé recommande de reporter les injections de ce vaccin en attendant les conclusions de l'Agence européenne du médicament.

La France ajuste à nouveau sa stratégie vaccinale. Alors qu'elle s'apprête à recevoir les premières doses du vaccin Novavax en fin de semaine, voilà que le produit développé par Johnson&Johnson (Janssen) subit un coup d'arrêt. Peu utilisé depuis le début de la campagne - il représente moins d'1% des injections - il risque d'être placé sur le bord de la route. Dans un avis publié ce lundi, la Haute autorité de santé (HAS) recommande de reporter les injections prévues avec ce vaccin, sauf exceptions.

En cause, de nouvelles données de pharmaco-épidémiologie. Selon un rapport publié en fin de semaine dernière, "les résultats d'une nouvelle étude suggèrent une légère augmentation des risques d'infarctus aigu du myocarde dans les deux semaines suivant la vaccination avec Janssen", écrit la HAS. D'après cette autorité publique indépendante, ces résultats ne sont que "préliminaires" et doivent encore "être confirmés par d'autres études au niveau international".

"Aucun signal" d'infarctus en Europe et aux États-Unis

Au total, 38 millions de doses de ce vaccin ont été administrées dans le monde, selon la HAS. "Aucun signal en lien avec le risque d'infarctus du myocarde n'a été identifié au niveau européen ou au niveau des États-Unis", tempère-t-elle. Elle souhaite toutefois que l'agence européenne du médicament (EMA) examine la question.

En attendant les conclusions de l'autorité européenne, la HAS "recommande de reporter la vaccination avec le vaccin Janssen". Dans ses derniers avis, elle appelait déjà à privilégier les vaccins à ARN messager, Pfizer et Moderna, "en raison de leur meilleure efficacité".

Lire aussi

Néanmoins, les personnes particulièrement à risque de développer une forme grave en cas de contamination et qui ne peuvent recevoir d'ARN messager en raison d'une contre-indication médicale peuvent toujours bénéficier du vaccin Janssen. "Pour ces personnes, le vaccin Janssen peut continuer à leur être proposé dans le cadre d'une décision médicale partagée, après leur avoir apporté une information claire sur les bénéfices et les risques potentiels", conclut la HAS.


Idèr Nabili

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info