Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Covid-19 : comment certains pays se préparent à une sortie de crise sanitaire

AL
Publié le 14 janvier 2022 à 15h11
JT Perso

Source : TF1 Info

L'essentiel

LE DÉBUT DE LA FIN - Espagne, Italie, Israël... Alors que la vague Omicron déferle en Europe, certains pays préparent déjà la sortie de crise, envisageant une levée des restrictions pour continuer à vivre, même avec le virus.

Après deux ans de pandémie, se dirige-t-on vers une normalisation du virus ? C'est en tout cas la direction que semble prendre certains pays qui laissent entrevoir leur stratégie de sortie de crise, à l'instar de la France. En effet, interrogé sur la question, 

le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a rappelé que s'il fallait "se garder de crier au pic trop tôt", l'exécutif avait de "réels motifs d’espérance".

De même, l'Agence européenne des médicaments a estimé mardi qu'Omicron allait transformer le Covid-19 en une maladie endémique avec laquelle l'humanité pouvait apprendre à vivre. Une possibilité sur laquelle travaillent déjà certains pays.

Un nouveau système de surveillance du virus en Espagne

Ainsi, en Espagne, le gouvernement réfléchit à la mise en place d'un nouveau système de surveillance du Sars-CoV-2, plus proche de celui mis en place pour les maladies virales comme la grippe. C'est en tout cas une proposition soulevée par le Premier ministre Pedro Sanchez lundi sur la radio Cadena Ser, et annoncée le matin même par le quotidien El Pais

Ce nouveau modèle, qui pourrait être instauré à la fin de la sixième vague qui touche actuellement l'Espagne, traiterait le Covid-19 comme une maladie respiratoire aiguë de plus. Cela mettrait fin au système comptabilisant le nombre de cas. Les Espagnols ne seraient plus incités à se faire tester au moindre symptôme.

Au contraire, le suivi épidémiologique serait surtout réalisé par un certain nombre de médecins, de centres de santé et d'hôpitaux qui seraient chargés de fournir des statistiques permettant de donner la situation de l'ensemble du pays grâce à des échantillons représentatifs. 

Vivre avec le virus en Italie et en Israël

En Italie, la manière dont sont comptabilisés les cas est également interrogée. En effet, selon franceinfo, les cas positifs asymptomatiques pourraient être exclus du bulletin sanitaire recensant le nombre de cas et de décès et qui est donné chaque jour par les autorités du pays. 

La Lombardie a par ailleurs demandé à ce que les données du ministre de la Santé ne comptent plus les patients hospitalisés pour une maladie autre que le Covid, mais qui ont été ensuite testés positifs, afin de se rendre compte de la pression exercée exclusivement par le virus sur les systèmes hospitaliers. 

De même, en Israël, les politiques semblent se diriger vers une vie avec le virus. Ainsi, malgré la vague Omicron, très peu de mesures sanitaires restrictives ont été mises en place. Les tests PCR sont par ailleurs réservés aux plus de 60 ans tandis que le reste de la population doit se contenter de tests antigéniques ou d'autotests. Les périodes de quarantaines ont également été raccourcies, incitant les habitants à continuer à vivre, malgré le risque de contamination.

Pour autant, ces pays peuvent se permettre de telles décisions grâce à un taux de vaccination important. L'Espagne et l'Italie, profondément marquées par un nombre de morts importants en début de crise, ont un taux de vaccination s'élevant respectivement à 86% et 82% de la population ayant reçu au moins une dose. Israël est à 72% selon Our World In Data. L'État a cependant déjà commencé la campagne de rappel pour une quatrième dose pour les personnes les plus vulnérables.