Covid-19 : la France face à la 7e vague

Covid-19 : pas sûr que le pic épidémique soit déjà passé

Léa LUCAS
Publié le 9 avril 2022 à 10h49
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Santé publique France ne peut pas "répondre de façon affirmative" sur le pic épidémique.
"Il faut l'avoir dépassé" pour le confirmer, a justifié l'agence sanitaire ce vendredi.
Elle rappelle donc l'importance de continuer à appliquer les gestes barrières.

Pas encore débarrassés de la 6e vague ? Santé publique France (SpF) a en effet estimé ce vendredi qu’il était encore trop tôt pour "répondre de façon affirmative" à la question du dépassement du pic épidémique en France. Selon l'agence sanitaire, relayée par l'AFP, pour le savoir, "il faut l’avoir dépassé et confirmer que l’on est sur une phase de décroissance de l’épidémie". 

"Les évolutions des taux d’incidence et de dépistage devront être interprétées avec prudence dans les prochaines semaines, en raison du recours de plus en plus fréquent aux autotests" pas comptabilisés, notamment "lorsqu’ils ne font pas l’objet d’une confirmation par test antigénique ou RT-PCR", a précisé SpF. 

Dans la foulée, l'agence sanitaire a donc appelé à la prudence, précisant que le virus circule encore de façon "soutenue" sur le territoire français. Celle-ci est particulièrement "(attentive) sur l’évolution de la dynamique de l’épidémie chez les personnes les plus âgées", dont le taux d’hospitalisation a augmenté, a-t-elle expliqué.

Baisse des cas journaliers, hausse des hospitalisés

Cet appel à la vigilance intervient alors qu'Olivier Véran a affirmé ce jeudi que le pic du rebond de l’épidémie de Covid-19 était passé en France. Le ministre de la Santé a fait valoir une "baisse du chiffre des nouvelles contaminations d’environ 5 % désormais depuis cinq jours", avec 140.000 à 150.000 nouveaux cas journaliers enregistrés en moyenne, soit une légère baisse.

Du côté des hôpitaux en revanche, le nombre de patients au Covid-19 augmente. Ils accueillent actuellement 23.404 malades du Covid-19, contre 23.272 la veille et 22.066 une semaine plus tôt. Cette hausse ne se répercute toutefois pas dans les services de réanimation - qui traitent les formes les plus graves de la maladie - où le nombre de patients, lui, se stabilise. En effet, 1554 patients sont actuellement recensés, soit un nombre quasi stable par rapport à celui de jeudi (1572) et de vendredi (1537).

Lire aussi

"Dans le contexte actuel de forte circulation du SARS-CoV2 et des virus grippaux ainsi que de leur impact sur le système de soins et sur l’hôpital, l’application des gestes barrière est essentielle", a terminé l’agence sanitaire, tandis que le virus, qui bouleverse la planète depuis près de deux ans, a désormais entraîné la mort de quelques 143.156 français. 


Léa LUCAS

Tout
TF1 Info