Covid-19 : le défi de la vaccination

Axel Kahn : "Ces vaccins ARNm sont un prodige de la science moderne"

Maxence GEVIN
Publié le 13 avril 2021 à 9h54, mis à jour le 13 avril 2021 à 11h25
JT Perso

Source : TF1 Info

INTERVIEW - Invité de LCI ce mardi, le président de la Ligue contre le cancer estime que la technologie de l'ARN messager pourrait générer des "améliorations thérapeutiques d'une grande diversité".

Une note d'espoir. Invité de Jean-Michel Aphatie sur LCI ce mardi 13 avril, Axel Kahn s'est montré assez optimiste sur la capacité de la France à juguler l'épidémie de Covid-19 dans les mois à venir. S'il rappelle que la circulation virale ne pourra être réellement "freinée" qu'à partir du moment où "70% des personnes, au moins, auront une immunité collective", il souligne aussi que la "vaccination devrait nous permettre de tenir le bon bout". Et même représenter un atout pour l'avenir. 

La technologie de l'ARN messager constitue une "note d'espoir pour la totalité du champ de la thérapeutique", avance le président de la Ligue contre le cancer. "La notion de l'ARN médicament s'est imposée et sera centrale dans la réflexion de tous ceux qui pensent à une stratégie thérapeutique" dans les prochaines années, ajoute-t-il. 

Des améliorations thérapeutiques pour plusieurs maladies

Par ailleurs, Axel Kahn a annoncé qu'un appel d'offres serait bientôt lancé par la Ligue contre le cancer pour "mettre au point des méthodes innovantes de lutte contre le cancer utilisant l'ARN". Et au médecin généticien de préciser : "Ces vaccins ARNm sont un prodige de la science moderne"

"Ça a été et ça reste totalement prodigieux pour ce qui est de la vaccination contre le Covid et ça le sera, j'en suis certain, pour être à la base d'améliorations thérapeutiques d'une grande diversité de maladies", conclut-il. 

Malgré un taux de mortalité en baisse depuis 25 ans, le cancer continue de faire plusieurs dizaines de milliers de morts chaque année en France (157.000 en 2018). Ce bilan risque de s'alourdir fortement dans un futur proche, de nombreux patients atteints de la maladie n'ayant pu être diagnostiqués ou pris en charge. 

Selon Axel Kahn ce sont ainsi "au moins 13.500 personnes" qui pourraient succomber à leur cancer dans les cinq prochaines années alors que leur traitement, en temps normal, aurait dû aboutir à une guérison. 

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info