Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : l'appel d'Emmanuel Macron à la vaccination a-t-il entraîné une hausse des premières injections ?

Idèr Nabili
Publié le 12 novembre 2021 à 11h47
JT Perso

Source : TF1 Info

L'essentiel

VACCINATION - Le président de la République a appelé mardi soir les plus de 6 millions de Français éligibles encore non vaccinés à faire preuve de "responsabilité" en recevant une première injection. Un message qui, à ce stade, n'a que légèrement permis d'augmenter la prise de rendez-vous pour une première dose.

En juillet, son allocution avait permis d'accélérer significativement la campagne de vaccination. Quatre mois plus tard, le président de la République espérait sans doute provoquer le même effet. Mardi soir, lors de son adresse aux Français, Emmanuel Macron a appelé la population de plus de 12 ans encore non vaccinée à recevoir rapidement une première dose. Un appel "à l'esprit de responsabilité", a-t-il exhorté (voir vidéo en tête de cet article), rappelant qu'une personne vaccinée "a onze fois moins de chances de se retrouver à l'hôpital en soins critiques".

Selon les données du ministère de la Santé à LCI, 6,7 millions de Français sont encore non-vaccinés, dont plus de 2,3 millions de plus de 50 ans, déjà incités à réaliser leur troisième dose. Au cœur de l'été, alors que la quatrième vague menaçait le pays, un appel similaire, lié à l'élargissement du pass sanitaire, avait entraîné une hausse très forte des premières injections. Cette fois, l'effet escompté reste moins visible.

5000 rendez-vous de plus par jour pour la première dose

Mardi 9 novembre, le jour de l'allocution, 19.548 personnes ont pris rendez-vous pour une première dose de vaccin via la plateforme Doctolib. Une semaine auparavant, le mardi 2 novembre, cet indicateur était de 15.405. Même constat pour le mercredi 10, avec 19.195 rendez-vous réservés sur la journée pour une première injection, contre 14.663 une semaine plus tôt.

Un léger rebond, loin de celui constaté pour les doses de rappel. À compter du 15 décembre, tous les plus de 65 ans ayant reçu leur dernière injection il y a plus de 6 mois et 5 semaines verront leur pass sanitaire annulé en cas d'absence de la troisième dose. Une contrainte qui a entraîné une forte hausse des prises de rendez-vous : 100.000 créneaux ont été réservés sur Doctolib en une heure, au moment de la prise de parole du chef de l'État.