La France face à une 3e vague d'ampleur

Covid-19 : la France se tient prête à accueillir à son tour des malades venant de pays voisins

Caroline Quevrain
Publié le 20 novembre 2020 à 18h43
Covid-19 : la France se tient prête à accueillir à son tour des malades venant de pays voisins

Source : MARTIN BUREAU / AFP

SOLIDARITÉ – Alors que la situation sanitaire affiche une légère amélioration sur son territoire, la France propose d'apporter son aide à ses voisins européens pour soulager leurs hôpitaux, comme l'avaient fait dans l'autre sens. L’AP-HP confirme à LCI avoir été sollicitée par le ministère de la Santé pour prendre en charge d'éventuels patients étrangers.

Après avoir bénéficié de soutien étranger au plus fort de l’épidémie, la France se tient prête à voler au secours de ses voisins européens et se dit prête à libérer de la place dans ses hôpitaux pour des malades du Covid-19 venus de Belgique, de Suisse ou d’Italie, selon les informations du Parisien. 

Lors de la première vague de l’épidémie au printemps, l’Allemagne, la Suisse et le Luxembourg avaient accueilli des patients français et début novembre, des malades des Hauts-de-France ont été transférés de nouveau vers l’Allemagne ainsi que vers la Belgique. 

Lire aussi

Aucun transfert demandé pour l'instant à l'AP-HP

"La coopération médicale entre pays frontaliers est quelque chose de courant", nous indique le cabinet du ministre de la Santé, sans confirmer l’information : "C’est la même logique que les transferts interrégionaux." L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) confirme pourtant à LCI avoir été sollicitée par le ministère de la Santé pour accueillir éventuellement des patients de l’étranger dans ses 39 établissements "dans l’hypothèse où des demandes seraient formulées". Ce à quoi l’AP-HP a répondu favorablement, "compte tenu de la situation en Ile-de-France". En effet, la tension hospitalière est aujourd’hui redescendue légèrement en région parisienne, avec un taux d’occupation des lits en réanimation passé de 99% à 84,8% en seulement une semaine.

"À cette date, aucune demande de transfert n’a été effectuée", poursuit l’AP-HP, qui précise que ses équipes "restent attentives à la situation des hôpitaux européens et seront solidaires si leur soutien était sollicité, comme d’autres équipes européennes ont été solidaires des hôpitaux français à d’autres moments de la crise". 

À l'échelle nationale, le taux d’occupation des lits de réanimation baisse de manière continue depuis le 13 novembre mais reste cependant très élevé. Avec 4.653 malades du Covid-19 actuellement admis en réanimation, il est évalué à 91,7%, selon le dernier bilan en date du 19 novembre.


Caroline Quevrain

Tout
TF1 Info