Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : après l'avis de la HAS, le gouvernement s'oppose aussi à la réintégration des soignants non vaccinés

Idèr Nabili
Publié le 22 juillet 2022 à 11h10, mis à jour le 22 juillet 2022 à 12h58
JT Perso

Source : TF1 Info

Saisie par le gouvernement, la Haute autorité de santé s'est prononcée ce vendredi contre la réintégration des soignants non-vaccinés contre le Covid-19.
Avant elle, l'Académie de médecine et le Conseil scientifique avaient déjà fait part de leurs réserves.

Les soignants non vaccinés toujours pas les bienvenus dans les couloirs des services de soins. Saisie par le gouvernement, la Haute autorité de santé (HAS) s'est prononcée ce vendredi contre leur réintégration. Dans un communiqué, elle se dit "favorable au maintien de l'obligation de vaccination contre (le) Covid-19 des personnels exerçant dans les établissements de santé et médico-sociaux".

La HAS, dont les avis servent de base aux décisions de santé publique du gouvernement, "considère que les données ne sont pas de nature à remettre en cause, aujourd'hui, cette obligation vaccinale", compte tenu "du contexte épidémique dynamique, des incertitudes sur l'évolution de l'épidémie dans les prochains mois, et de l'efficacité d'un schéma vaccinal complet à réduire le risque d'être infecté et de transmettre la maladie".

"Un enjeu éthique autant que de santé publique"

Selon l'instance, "la couverture vaccinale des professionnels de santé" revêt en outre "un enjeu éthique autant que de santé publique". Dans la semaine, l'Académie de médecine avait également émis sa "ferme opposition" à revenir sur l'obligation vaccinale des soignants, et le Conseil scientifique avait exprimé ses "réserves" quant à leur réintégration. Le Pr Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de Genève (Suisse) et fervent défenseur de la vaccination, a de son côté expliqué à TF1info sa volonté de voir les soignants non vaccinés être réintégrés.

Lire aussi

Le ministre de la Santé François Braun a annoncé quelques heures après l'avis de la HAS que le gouvernement suivait l'avis des autorités scientifiques. "L'académie de médecine, le conseil scientifique et la Haute autorité de santé ont un avis convergent (...) il est négatif" et "on suit l'avis des scientifiques", a déclaré le ministre en déplacement en Seine-et-Marne, précisant qu'il réunirait "dès le début de la semaine prochaine les organisations syndicales pour leur expliquer la situation".  


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info