Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : la majorité écarte un confinement des non-vaccinés mais "toutes les hypothèses sont sur la table"

Maxence GEVIN avec AFP
Publié le 15 novembre 2021 à 10h58
JT Perso

Source : JT 20h WE

REGAIN ÉPIDÉMIQUE - Le chef de file des députés LaREM, Christophe Castaner, a affirmé ce lundi que la majorité présidentielle "ne souhaite pas" un reconfinement des Français non vaccinés contre le Covid-19. Toutefois, "toutes les hypothèses" restent sur la table.

La France dans les pas de l'Autriche ? Ce n'est (pour le moment) pas d'actualité. Alors que seules les personnes non-vaccinées contre le Covid-19 sont confinées à partir de ce lundi 15 novembre en Autriche, l'exécutif français n'envisage pas une telle mesure. "Nous ne le souhaitons pas, et nous devons tout faire pour empêcher que nous ayons besoin d'aggraver les moyens de protection des Français", a ainsi déclaré lundi Christophe Castaner, invité de France 2, où il était interrogé sur ce reconfinement d'une partie de la population autrichienne. 

Pour autant, l'exécutif ne se ferme aucune porte si la situation épidémique venait à se dégrader dans l'Hexagone. "L'objectif, et la méthode que nous avons tenue, c'est celle de la vaccination et du rappel", a affirmé le président du groupe LaREM à l'Assemblée nationale en précisant que "620.000 rendez-vous" ont été pris en ce sens depuis la dernière allocution d'Emmanuel Macron début novembre.

"La France n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague"

Néanmoins, "toutes les hypothèses sont sur la table, car nous sommes face à un virus qui nous surprend et peut encore nous surprendre", a-t-il tempéré. "Une dizaine de pays européens connaissent une tension extrêmement forte sur ce sujet avec une reprise épidémique. La France n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague", a-t-il également rappelé. 

Lire aussi

À partir de ce lundi, l'Autriche confine les personnes non vaccinées ou qui n'ont pas contracté récemment le Covid-19. Cette mesure, une première dans l'UE, vise à endiguer le nombre record de nouveaux cas. "La situation est grave (...). Nous ne prenons pas cette mesure le cœur léger, mais malheureusement elle est nécessaire", s'est justifié le chancelier du pays, Alexander Schallenberg, lors d'une conférence de presse dimanche à Vienne. 

Environ 65% de la population autrichienne a complété son schéma vaccinal complet, un chiffre légèrement inférieur à la moyenne européenne de 67% et loin de pays comme la France (75%).


Maxence GEVIN avec AFP

Tout
TF1 Info