Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : la vaccination des enfants est-elle vraiment utile ? LCI fait le point sur les données existantes

Charlotte Anglade
Publié le 22 décembre 2021 à 11h55
JT Perso

Source : TF1 Info

CHIFFRES - Alors que la vaccination des 5-11 ans s'ouvre ce mercredi, de très nombreux parents sont encore réticents à faire en faire bénéficier leurs enfants. LCI s'est penché sur les données qui concernent la circulation du virus chez ces derniers et les taux d'hospitalisation.

Après l'autorisation donnée par les autorités scientifiques, la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans va pouvoir débuter ce mercredi. Ils pourront bénéficier du sérum développé par Pfizer-BioNTech, dans une version trois fois moins dosée que celle réservée aux personnes de plus de 12 ans. Le schéma de vaccination complet est de deux doses de vaccins, à trois semaines d'intervalle. 

Si le gouvernement mise beaucoup sur cette vaccination pour freiner la sixième vague, qui commence déjà à toucher la France, les parents semblent dans l'ensemble réticents. Selon un sondage Elab pour L'Express, BFMTV et SFR publié jeudi dernier, 68% des parents ne comptent pas faire vacciner leurs enfants et 47% y sont très opposés. Alors que la décision peut être difficile à prendre, LCI fait le point sur les données existantes.

Un taux d'incidence en baisse, mais des hospitalisations en hausse

Après avoir très fortement progressé chez les enfants, le Covid-19 est progressivement en train de ralentir sa course, probablement sous l'effet des vacances. Chez les moins de 10 ans, le taux d'incidence est ainsi de 581, en baisse de 9% sur une semaine. À l'inverse, le taux d'incidence tous âges confondus a augmenté de 7% sur la même période, s'établissant à 545.

En revanche, le nombre d'hospitalisations chez les enfants est de plus en plus élevé. Sur BFM ce mercredi, Olivier Véran a insisté ainsi indiqué qu'il y a "potentiellement plus de risques, statistiquement, de faire une forme grave de Covid quand on a entre 5 et 11 ans, même quand on n'a pas de comorbidités, que d'avoir un effet indésirable grave et réversible au vaccin". Selon le ministre de la Santé, 145 enfants sont aujourd'hui hospitalisés en France, contre 79 le 24 août et 62 le 7 mai. Parmi eux, 27 se trouvent en réanimation sans forcément avoir de comorbidités. 

Le syndrome PIMS responsable d'hospitalisations

La plupart de ces enfants, qui représentent un peu moins de 1% des patients pris en charge, souffrent du syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS) qui entraîne presque à coup sûr une fièvre de plusieurs jours, des troubles gastro-intestinaux (douleurs abdominales, nausées et vomissements, diarrhées) et du système cardiovasculaire, ainsi que des éruptions cutanées. Depuis le début de la pandémie, 702 cas ont été recensés en France.

Selon une étude du Groupe Francophone de Réanimation et d'Urgences Pédiatriques (GFRUP) menée dans 41 services de réanimation pédiatrique, la vaccination réduirait le risque de développer ce symptôme.

Lire aussi

Une efficacité similaire à celle observée chez les adultes

La Haute Autorité de Santé (HAS), qui a donné son feu vers à la vaccination des 5-11 ans lundi, l'efficacité du vaccin semble similaire à celle pour les adultes. Elle  est de "90% sur les formes symptomatiques", assure-t-elle, même si ces données ont été calculées contre le variant Delta, et non Omicron. "Nous nous attendons à ce que cette efficacité soit encore supérieure pour les formes graves et les décès."

La HAS estime néanmoins que si pour les 5,77 millions d'enfants concernés le bénéfice individuel est inférieur à celui des adultes qui présentent moins de risques de formes graves liés au Covid, il est toujours favorable. Le bénéfice collectif sera également apporté, notamment pour éviter des fermetures de classes et limiter les prochaines vagues, lorsque 25% des enfants de cette classe d'âge seront vaccinés, dit-elle. 


Charlotte Anglade

Tout
TF1 Info