Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Covid-19 : le variant Delta représente "2 à 4%" des cas positifs, indique Olivier Véran

La rédaction de LCI
Publié le 15 juin 2021 à 15h59
Olivier Véran en visite dans un centre de vaccination dans le 15e arrondissement de Paris, mardi 15 juin 2021.

Olivier Véran en visite dans un centre de vaccination dans le 15e arrondissement de Paris, mardi 15 juin 2021.

Source : Come SITTLER / POOL / AFP

PROGRESSION - En déplacement dans un centre de vaccination parisien, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a indiqué que le variant Delta, ou "variant indien", représente "entre 2 et 4% des cas positifs" dépistés en France. Il a appelé à la plus grande prudence pour éviter un rebond épidémique.

Malgré la surveillance mise en place aux frontières et à l'intérieur du territoire, le variant Delta progresse. Selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, il représente actuellement "entre 2 et 4% des cas positifs" de Covid-19 dépistés en France, soit "50 à 150 nouveaux diagnostics" par jour.

"Actuellement en France, 2 à 4% des tests positifs que nous criblons correspondent à du variant indien, ce qui représente quand même, je donne une fourchette assez large, de l'ordre de 50 à 150 nouveaux diagnostics de variant Delta dans notre pays", a-t-il déclaré lors d'un déplacement dans un centre de vaccination du 15e arrondissement de Paris.

On est train d'écraser le virus, mais nous ne devons certainement pas donner prise au variant indien.

Olivier Véran, ministre de la Santé

"C'est peut-être encore peu, mais c'était la situation anglaise il y a quelques semaines", a-t-il ajouté, rappelant que le variant Delta "représente plus de 90% des cas en circulation" outre-Manche, où l'épidémie est repartie "sur une trajectoire ascendante". Il y a "quasiment deux fois plus de cas quotidiens" que dans l'Hexagone malgré "un taux de couverture vaccinale supérieur au nôtre", fait-il savoir.

"On est train d'écraser le virus, mais nous ne devons certainement pas donner prise au variant indien pour qu'il fasse repartir une nouvelle vague épidémique", a insisté le ministre, qui appelle à "ne pas relâcher notre vigilance collective". "Ce n'est certainement pas le moment (...) L'exemple de nos voisins anglais doit nous enjoindre encore à la prudence, au courage, à la solidarité" a-t-il ajouté.

Un variant 60% plus contagieux que le variant britannique

Vendredi dernier, Daniel Lévy-Bruhl, le responsable de l'unité infections respiratoires de Santé publique France, qualifiait le variant Delta d'"épée de Damoclès" au-dessus de l'embellie sanitaire en France. "Pour l'instant, on arrive à le circonscrire, mais personne ne peut dire ce qu'il va en advenir dans les prochaines semaines. Il faut garder à l'esprit cette épée de Damoclès qui est au-dessus de nous", alertait-il.

Lire aussi

Ce même jour, une étude publiée par les autorités sanitaires britanniques annonçait que le variant Delta serait 60% plus contagieux que le variant Alpha (ou "britannique") qui s’est propagé peu avant.


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info