CRISE SANITAIRE - Dans un discours prononcé au congrès annuel de Villes de France, le Premier ministre a indiqué qu'il faudrait "sans doute une troisième dose de vaccin pour les plus vulnérables".

Les 26 millions de Français ayant désormais un schéma vaccinal complet vont-ils devoir repasser par un centre de vaccination ? Alors que l'exécutif ne cesse de rappeler l'importance du vaccin dans la lutte contre le variant Delta, le Premier ministre Jean Castex a d'ores et déjà ouvert la voie à une troisième injection ce jeudi.

En déplacement à Blois dans le cadre du congrès annuel de Villes de France, le chef du gouvernement a estimé qu'il faudrait "sans doute" une nouvelle dose de vaccin, notamment pour les "plus vulnérables". Pour ceux qui ont été "vaccinés les premiers, à la fois parce qu'ils sont vulnérables et que cette vaccination est intervenue de manière anticipée, il nous faudra une troisième dose, parce que les défenses immunitaires s'affaiblissent", a-t-il déclaré.

À l'instar du ministre de la Santé Olivier Véran et du porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, en déplacement à Nanterre ce jeudi, le Premier ministre a, à son tour, insisté sur l'importance de la vaccination, "qui protège contre les formes graves de la maladie". "La vaccination est notre meilleure arme contre ces variants."

Pour les personnes n'ayant pas contracté la maladie, deux injections sont actuellement nécessaires pour conférer la protection maximale, espacées d'au moins trois semaines. Celles ayant été testées positives par le passé n'ont besoin que d'une dose, qui fait office de rappel vaccinal. À ce jour, plus de 35 millions de Français ont reçu au moins une injection, soit 52,1% de la population totale.


I.N.

Tout
TF1 Info