Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : les objectifs de vaccination sont-ils insuffisants face au variant Delta ?

I.N.
Publié le 8 juillet 2021 à 12h46
JT Perso

Source : TF1 Info

VACCINATION - Plus d'un Français sur deux a désormais reçu au moins une dose de vaccin, tandis que le gouvernement vise 40 millions de primo-vaccinés d'ici la fin de l'été. Un niveau trop faible pour contrer le variant Delta ?

Si la vaccination progresse dans le pays, la propagation du variant Delta aussi. Alors que la quatrième vague menace la France dès la fin du mois de juillet, gouvernement et professionnels de santé ne cessent d'appeler la population à se faire vacciner, dans un contexte de baisse du rythme d'injection des doses. Car selon les experts, la couverture vaccinale est encore trop faible. Selon les dernières données disponibles en date du 7 juillet, 35,1 millions de Français ont reçu au moins une dose, soit 52,1% de la population totale.

Un chiffre important, qui se rapproche du seuil d'immunité collective indiqué par l'Institut Pasteur au début de l'épidémie. L'an dernier, les chercheurs estimaient en effet qu'il faudrait que 60% de la population soit immunisée, par le vaccin ou par une infection, pour empêcher le virus de circuler dans le pays. Un taux dont la France s'approche… mais qui ne devrait finalement pas être suffisant.

Une contagiosité accrue qui change tout

Le seuil d'immunité collective est calculé en fonction de la contagiosité du virus, le R0. Or, depuis son apparition en France, le virus responsable de la maladie qui a fait plus de quatre millions de morts dans le monde a muté. Selon les scientifiques, le variant Delta, qui se développe dans le pays, serait 60% plus contagieux que le variant Alpha, responsable de la troisième vague, lui-même 60% plus contagieux que la souche initiale. Le R0 du variant Delta est désormais estimé à plus de 6, contre entre 2 et 3 pour le virus d'origine.

Désormais, huit à neuf Français sur dix devraient être vaccinés pour atteindre l'immunité collective. L'Institut Pasteur estime qu'"avec les nouveaux variants, le pourcentage de sujets immunisés nécessaire pour obtenir l'immunité collective est de 80%". Ce jeudi, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a même évoqué un seuil encore plus important. "Tant que nous ne sommes pas à 90 ou 95% d'entre nous protégés, alors nous permettons au virus de se transmettre et d'entraîner des vagues", a-t-il prévenu au cours d'une visite au centre de vaccination de La Défense. 

Une mise en garde qui fait écho à celle effectuée la veille sur LCI par le Pr Éric Caumes, chef du service infectiologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris). "Si nous avons une bonne couverture vaccinale, 80 à 90% idéalement, le virus continuera de circuler à bas bruit sans conséquences sur le système de santé", avait-il indiqué. "Mais pour l'instant, la couverture vaccinale n'est pas terrible."

60% de primo-vaccinés fin août ?

Et ce ne sont pas les projections des prochaines semaines qui vont le rassurer. Selon la principale plateforme de prise de rendez-vous, Doctolib, ce taux sera loin d'être atteint d'ici la fin de l'été. Doctolib estime en effet qu'au 31 août, 59,56% de la population française aura reçu au moins une dose de vaccin (soit plus de 40 millions de personnes), avec 55,4% de schémas vaccinaux complets.

Mi-juin, le Premier ministre Jean Castex avait indiqué qu'il souhaitait que la France passe la barre des 40 millions de premières injections fin août, dont 35 millions de personnes totalement vaccinées. Si les prévisions de la plateforme sont avérées, elles permettraient donc de remplir le nouvel objectif du gouvernement. Mais pas de contrer la quatrième vague, à en croire les professionnels de santé.


I.N.

Tout
TF1 Info