L'info passée au crible

Non, les autorités n'ont pas reconnu qu'il n'y avait "que 40.000 morts" du Covid-19

Felicia Sideris
Publié le 28 mai 2021 à 12h58, mis à jour le 28 mai 2021 à 13h48
Non, les autorités n'ont pas reconnu qu'il n'y avait "que 40.000 morts" du Covid-19

Source : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

ÉPIDÉMIE – Une publication sur le réseau social VKontakte assure que les autorités sanitaires auraient reconnu qu'il n'y a eu que 41.502 décès liés au coronavirus en un an. C'est faux.

Chaque jour, l'équipe des Vérificateurs reçoit des questions d'internautes via l'adresse mail dédiée lesverificateurs@tf1.fr. Un lecteur nous a ainsi sollicités, car il s'interroge sur des messages qu'il reçoit en nombre "à propos de supercheries sur les chiffres" de l'épidémie de coronavirus en France. Tous citent le même lien, une publication du 22 mai sur VKontakte, le Facebook russe. 

C'est une "bombe à partager en masse", écrit en lettres majuscules l'auteur du message. "Les vérités sur les chiffres du Covid sont tombées, c'est officiel et ça vient du site du gouvernement", assure-t-il, indiquant que Santé publique France aurait reconnu qu'entre le 1er mars 2020 et le 29 mars 2021, "il y a eu finalement 41.502 décès du Covid-19". Soit deux fois moins que les chiffres officiels.

Une publication sur VK assure le 22 mai 2021 que les autorités sanitaires auraient reconnu qu'il n'y a eu que 41.502 décès liés au coronavirus en un an - Capture d'écran / VK

Une mauvaise interprétation

La "preuve" utilisée par cet internaute : un tableau de Santé publique France. Il est authentique. Issu du point épidémiologique hebdomadaire de l'agence sanitaire française du 1er avril 2021, on le retrouve précisément page 43. Seulement, ce qu'oublie de préciser cet internaute, c'est que le tableau ne prend en compte que les chiffres de la mortalité "issus de la certification électronique des décès".

Or, cette méthode est uniquement utilisée par les médecins de ville. Comme l'écrivait l'Inserm en avril dernier, cet outil fait partie d'un ensemble d'acteurs habilités à délivrer des certificats de décès. L'institut relevait à l'époque que "si la possibilité de déclarer les décès par voie électronique existe, elle est encore sous-utilisée". "En 2019, cette remontée électronique de données ne couvrait ainsi "que 20 % des décès sur le territoire français", l'essentiel des certificats étant réalisés par les médecins en version papier. Les chiffres des décès liés à la pandémie sont en réalité"principalement collectés via le système hospitalier et les établissements de santé".

Lire aussi

Ce chiffre de 41.502 victimes ne représente donc qu'une petite partie de l'ensemble des victimes de la maladie. D'ailleurs, deux pages plus haut, dans le même point épidémiologique, Santé publique France écrit noir sur blanc qu'entre le 1er mars 2020 et le 30 mars 2021, "95.364 décès de patients COVID-19 ont été rapportés à Santé publique France". On ne peut faire plus clair. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr


Felicia Sideris

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info