Covid-19 : la vie avec le virus

Covid-19 : le Conseil scientifique va tirer sa révérence après deux ans et demi d'activité

Idèr Nabili
Publié le 21 juillet 2022 à 13h21, mis à jour le 21 juillet 2022 à 17h00
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Mis en place par Olivier Véran au début de la pandémie de Covid-19, le Conseil scientifique s'apprête à disparaître.
Ses membres appellent à la création d'un "conseil de la science", une instance pérenne qui travaillerait avec le plus haut sommet de l'État, y compris en dehors des crises sanitaires.

C'est une instance clé dans la gestion de la pandémie de Covid-19 depuis la première vague qui s'apprête à disparaître. Installé en mars 2020 par le ministre de la Santé d'alors, Olivier Véran, "pour éclairer la décision publique dans la gestion de la situation sanitaire", le Conseil scientifique va terminer sa mission au 31 juillet, après quelque 300 réunions en formation plénière, font savoir ses membres.

Dans un dernier avis rendu au gouvernement cette semaine, l'organisation présidée par Jean-François Delfraissy, et composée d'infectiologues, de médecins de ville, d'épidémiologistes, de virologues, ou encore de modélisateurs, explique qu'elle publiera, "dans les mois à venir", un ouvrage pour rendre compte de son travail depuis deux ans et demi. "Cette période inédite de pandémie a mis en lumière les relations parfois complexes entre science et politique ainsi que le rôle de l'expertise pour l'aide à la décision", écrivent les auteurs. "Les scientifiques conseillent et les politiques décident, dans un contexte d'indépendance et de respect mutuel."

"Il était fondamental de rester indépendants"

À quelques jours de mettre un terme à cette aventure de 2 ans et 4 mois "de travail intensif", Jean-François Delfraissy salue le "dialogue" que le Conseil scientifique a permis avec les "autorités politiques et sanitaires de ce pays". "Nous avons partagé beaucoup de relations, parfois complexes, avec le politique. Nous étions maîtres de nos agendas, il était fondamental de rester indépendants vis-à-vis des autorités politiques. Les décisions ont toujours été prises par les politiques, nous étions là pour éclairer. Ils nous ont suivis sur un certain nombre de recommandations, et pas pour d'autres."

Le Conseil scientifique sera remplacé dans les prochains jours par un "comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires", créé auprès du ministre de la Santé, François Braun. Certains membres du Conseil actuel pourraient y siéger, font-ils savoir, vantant une "continuité".

"La science n'est pas une option"

Outre ce comité, Jean-François Delfraissy et ses membres suggèrent également "la création d'un groupe de scientifiques de haut niveau pour éclairer le président de la République et la Première ministre sur les avancées de la science, et ce, indépendamment des crises", nommé "Conseil de la science". En effet, "le Covid-19 a montré l'importance majeure que pouvaient avoir les informations et des conseils ou avis fondés sur l'état des connaissances scientifiques pour éclairer les décisions politiques", mettent-ils en avant. "Face à ce type de défis collectifs, la science n'est pas une option."

Ce "Conseil de la science" serait l'occasion de "rapprocher les plus grands scientifiques français dans leur domaine", explique Jean-François Delfraissy ce jeudi. "Il permettrait d'éclairer et de donner un certain nombre de signaux d'alertes pour les plus hautes autorités du pays."

Lire aussi

Il remplirait surtout "un vide actuel dans le modèle français", poursuivent les membres du Conseil scientifique dans leur avis. "Ce modèle de 'Conseil de la science' non opérationnel, non décisionnel serait différent du modèle anglo-saxon de 'Scientifique en Chef', une structure beaucoup plus conséquente. Ce 'Conseil de la Science' pourrait être créé à l'automne 2022."


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info