La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

Covid-19 : pourquoi le nombre de contaminations des prochains jours doit être analysé avec prudence

Idèr Nabili
Publié le 24 décembre 2021 à 12h52
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

CRISE SANITAIRE - Le variant Omicron, plus contagieux, a provoqué une recrudescence de l'épidémie dans le pays. Mais l'afflux des Français vers le dépistage avant Noël pourrait compliquer l'analyse des indicateurs.

100.000. C'est le nombre de contaminations quotidiennes au Covid-19 que la France est en passe d'atteindre. Depuis plusieurs jours, après une stagnation à la mi-décembre, le nombre de cas est reparti à la hausse dans le pays. La faute au variant Omicron, beaucoup plus contagieux que le Delta, et qui devrait rapidement devenir majoritaire sur notre sol. Mais ce n'est pas l'unique raison pour laquelle cet indicateur flambe.

Ces derniers jours, à l'aube des fêtes de Noël et des rassemblements familiaux, les Français se sont massivement rendus dans des centres de dépistage pour réaliser des tests PCR ou antigéniques. Même les autotests ont été pris d'assaut. Conséquence : jamais le dépistage n'avait été aussi élevé en France. "Lorsque nous ne testons pas systématiquement, nous ratons des personnes asymptomatiques mais positives, donc nous avons une moins bonne vue de ce que représente l'épidémie", explique à LCI Philippe Amouyel, épidémiologiste et professeur de santé publique au CHU de Lille.

Depuis le début de la semaine, "la population se teste en masse, même sans symptômes", poursuit-il. "Le nombre de cas varie en fonction du nombre de tests. Nous allons ainsi forcément avoir plus de cas, d'autant que nous sommes en phase de croissance d'Omicron. C'est plutôt positif, car cela va permettre de les isoler et de briser plus de chaînes de contamination."

Les hospitalisations, un indicateur plus fiable mais retardé

Toutefois, pas certain que les Français se ruent autant sur les dépistages après Noël. Le nombre de cas détectés pourrait donc baisser, même si l'épidémie reste en hausse (le même phénomène se produit lors des jours fériés). "Il y a un risque que cet indicateur soit biaisé", confirme Philippe Amouyel. Pour analyser l'évolution de la pandémie, mieux vaut se tourner vers des indicateurs plus fiables, comme les hospitalisations, les entrées en soins critiques ou les décès.

"Ces chiffres ne sont pas biaisés, mais ils possèdent la particularité d'être décalés dans le temps", nuance le professeur de santé publique. "Les hospitalisations d'aujourd'hui, ce sont les contaminations d'il y a 10 ou 15 jours. Ce sont ces chiffres qui permettront de juger réellement l'impact de l'épidémie et d'Omicron, car ils sont exhaustifs."


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info