Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : pourquoi y a-t-il plus d'effets secondaires après la deuxième dose de vaccin ?

Idèr Nabili
Publié le 13 juillet 2021 à 7h00
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

VACCINATION - De nombreuses personnes ressentent plus d'effets secondaires bénins après la deuxième dose de vaccin qu'après la première. Pas de quoi s'inquiéter pour autant. Explications.

Fièvre, fatigue, maux de tête… Ces dernières semaines, de nombreux Français ont ressenti des symptômes après leur deuxième injection de vaccin contre le Covid-19. Une apparition d'effets secondaires pas surprenante, mais plus fréquente qu'après la première dose. Comment expliquer cette différence ?

Tout d'abord, l'apparition d'effets secondaires après la deuxième dose dépend du type de vaccin utilisé. "Avec AstraZeneca, les effets comme la fatigue ou la fièvre se ressentent plutôt après la première dose que la deuxième", note auprès de LCI Bernard Bégaud, professeur de pharmacologie à l'université de Bordeaux. Mais en France, après les déboires du vaccin du laboratoire suédo-britannique, les injections se font majoritairement avec Pfizer et Moderna. "Avec les vaccins à ARN messager, les effets secondaires arrivent effectivement plus fréquemment après la seconde dose", poursuit l'expert en pharmacovigilance. Mais cela n'a rien d'étonnant.

Pas de corrélation entre effets secondaires et protection

"La première dose permet de créer la réponse immunitaire spécifique à la protéine Spike du virus provoquant le Covid-19, alors que la deuxième dose réactive le système immunitaire", explique à LCI Morgane Bomsel, chercheuse du CNRS à l'Institut Cochin. Injectée uniquement aux patients n'ayant jamais eu le Covid-19, la deuxième dose sert de "boost" au système immunitaire. "Pour avoir une bonne réponse immunitaire, il faut que notre système soit activé par une inflammation transitoire", précise-t-elle. Au-delà d'un certain seuil, certains vaccinés peuvent alors ressentir des maux de tête, de la fièvre ou de la fatigue.

Cette deuxième injection demeure nécessaire pour conférer la protection maximale. "La seconde dose correspond à une réponse immunitaire plus forte, puisqu'on ne part pas de zéro, avec déjà un certain taux d'anticorps créé par la première injection", poursuit Bernard Bégaud. "Avec une nouvelle dose, celui-ci monte alors beaucoup plus haut. Et plus vous êtes immunisé, plus vous répondez à l'injection, et plus vous pouvez exprimer des effets latéraux à cette réponse immunitaire."

Lire aussi

Les anticorps produits lors de la première injection sont stimulés par ce rappel vaccinal. "Si je vous injecte une dose de vaccin alors que vous avez déjà des anticorps, vous allez avoir une réaction qui va être exacerbée, et c'est ce que l'on recherche", continue-t-il. "Il est donc normal que des effets secondaires liés à cette exacerbation se manifestent après la seconde dose."

En ce sens, une troisième dose de vaccin, pour laquelle le Premier ministre Jean Castex a ouvert la voie pour les personnes vulnérables vaccinées en début d'année, pourrait se révéler plus intense en effets secondaires. "En cas de troisième dose, puis de quatrième, il y aura probablement encore plus d'effets secondaires", prévient Bernard Bégaud.

Toutefois, la présence d'effets secondaires ne signifie pas forcément que la protection est plus forte que pour une personne n'ayant rien ressenti. "La corrélation entre les effets secondaires et la protection immunitaire n'est pas absolue", assure le professeur de pharmacologie. "Il ne faut pas conclure que l'on est très protégé après un effet indésirable, ni le contraire : les personnes ayant ressenti de la fatigue ou de la fièvre n'ont pas forcément des taux d'anticorps supérieurs à ceux qui n'ont rien ressenti."


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info