Une étude française sur le Covid long vient d'être publié dans le journal "The Lancet Regional Health Europe".
Les données de 26.000 participants ont été analysées par les scientifiques afin d'identifier et de comprendre ces symptômes persistants.
La perte de goût ou d’odorat, la gêne respiratoire ou la fatigue, sont les plus fréquents dans le Covid long.

De nouvelles réponses sur le Covid long. Alors qu'on estime que 10 à 15% des personnes touchées par le Covid-19 gardent 

des symptômes à long terme, des chercheurs français ont réalisé une vaste étude sur ce phénomène, encore mal compris.

Les données médicales de 25.910 volontaires ont été analysés par une cohorte de scientifiques issue de cinq établissements scientifiques reconnus, dont l'Inserm. Ils ont comparé "la persistance de symptômes sept à huit mois après la première vague de la pandémie dans quatre groupes de participants". Leurs résultats viennent d'être publiés dans le journal The Lancet Regional Health – Europe.

Des symptômes typiques du Covid long

Les experts ont tout d'abord voulu savoir quels symptômes persistants étaient les plus fréquemment rapportés par les participants ayant été infectées par le SARS-CoV-2. Résultats : la perte de goût ou de l'odorat, la gêne respiratoire ou la fatigue sont les plus recensés par les personnes ayant un Covid long.

Les scientifiques ont aussi cherché à savoir si les personnes ayant eu des symptômes lors de leur infection au Covid-19 gardaient alors plus facilement des symptômes persistants. Leurs analyses statistiques ont alors confirmé ce lien entre les symptômes antérieurs et le Covid long chez les participants. 

Un lien entre les symptômes au moment de l'infection et le Covid long

Autre découverte : les symptômes à long terme du Covid varient selon la sérologie, la présence ou non d'anticorps IgC chez les volontaires. Les participants symptomatiques lors de l'infection et ayant un test sérologique positif présentaient plus de symptômes persistants que ceux ayant un test sérologique négatif, synonyme d'un faible taux ou d'absence d'anticorps contre le Covid-19. 

L'étude publiée dans le journal The Lancet Regional Health – Europe a aussi montré le lien entre le Covid long et la présence de symptômes lors de la contamination au Covid-19. "Les symptômes sont particulièrement observés chez les patients qui ont eu des symptômes typiques de Covid au moment de l’infection", explique l'Inserm.

Pour les chercheurs, ces résultats inédits vont permettent une prise en charge plus efficace dès l'infection. Selon eux, ces analyses vont également faire avancer "des thérapies et des approches préventives, comme la vaccination, qui réduisent les symptômes lors la phase aiguë de la maladie, pourrait aussi avoir un effet bénéfique sur les états post-Covid".


Laetitia A.D.

Tout
TF1 Info