La France face à une 3e vague d'ampleur

Covid-19 : submergé, l'hôpital de Villefranche-sur-Saône appelle à l'aide

Publié le 25 octobre 2020 à 14h59
JT Perso

Source : JT 13h WE

SATURATION- L'hôpital de Villefranche-sur-Saône (Rhône) tire la sonnette d'alarme. Les médecins craignent de devoir prochainement refuser des patients Covid faute de lit et de personnel disponible.

Sur les 18 lits de réanimation, il n'y en a plus aucun de disponible. Malgré la déprogrammation des opérations non urgentes et l'ouverture de nouveaux services Covid dans la structure, le manque de places est toujours criant dans l'hôpital nord-ouest de Villefranche-sur-Saône, à une trentaine de kilomètres de Lyon. Celui-ci lance un appel à l'aide. 

"Si on n'a pas une aide extérieure de la région, ou extra-régionale, on se pose la question d'être amenés à faire des choix sur l'admission de patients dans le service", indique Marc Chambost, anesthésiste à l'hôpital. "Ce matin on a eu trois patients qui sont dans un état grave dans les étages et pour lesquels pour l'instant on n'a pas de solution."

Lire aussi

Beaucoup de soignants positifs au covid

Au-delà du manque de place, c'est surtout de bras dont manque l'établissement. Médecins, infirmiers, réanimateurs... L'hôpital estime à 60 le nombre de soignants supplémentaires nécessaires. "On a beaucoup, beaucoup, de personnel soignant qui est positif au Covid, et donc qui ne travaille pas et c'est vrai que ça, on n'avait pas du tout dans la première vague", signale le docteur Hervé Bontemps, responsable de la commission médicale de l'hôpital. "On est déjà plus haut, à Villefranche, que tout ce qu'on a eu lors de la première vague."

Quand certains soignants doivent renoncer à leurs congés pour prêter main forte, d'autres viennent en renfort d'autres services. "Je pense qu'à un moment, si on demande tout le temps aux gens de revenir comme ça, ça va être compliqué. Surtout qu'on est qu'au début", regrette Céline Pernaud, infirmière anesthésiste en chirurgie venue assister ses collègues dans le service dédié au Covid-19.

Des transferts de patients sont prévus dans les prochains jours vers la Nouvelle Aquitaine. Mais alors que de nombreux hôpitaux commencent à arriver à saturation, plusieurs élus ont appelé samedi au renfort de l'armée pour l'installation d'hôpitaux militaires comme cela s'était fait à Mulhouse (Haut-Rhin) au printemps dernier. Le centre hospitalier de Roubaix, lui, a déjà décidé de transférer certains de ses patients Covid vers des cliniques privées.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info