La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

Covid-19 : annonces, mesures... Que faut-il attendre du Conseil de défense sanitaire ce vendredi ?

La rédaction de LCI
Publié le 17 décembre 2021 à 6h10, mis à jour le 17 décembre 2021 à 12h30
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

ANNONCES - Alors que les indicateurs sanitaires virent tous au rouge, un Conseil de défense sanitaire se tient à 16h ce vendredi 17 décembre. Le gouvernement devrait annoncer quelques nouvelles mesures, sans grand bouleversement, selon nos informations.

La situation ne va pas en s'améliorant. Alors que le nombre de nouvelles contaminations gonfle de jour en jour, atteignant un niveau jamais vu depuis le mois d'avril, la pression s'accentue à l'hôpital. Jeudi, 15.142 patients Covid étaient hospitalisés et 2832 se trouvaient en soins critiques. Parallèlement, le variant Omicron poursuit sa course folle. Si 59 cas ont déjà été repérés en France, au 9 décembre, il pourrait en réalité y en avoir bien plus. Pour tenter de contrecarrer l'évolution de l'épidémie, l'Élysée a annoncé qu'un Conseil de défense sanitaire se tiendrait vendredi après-midi, aux environs de 16h.

Pas de "mesures exceptionnelles" attendues

Selon une source gouvernementale à LCI, si la situation est "préoccupante", il ne faut pour autant "pas s'attendre vendredi à des mesures exceptionnelles" telles qu'un couvre-feu ou un reconfinement. "On ne va pas cette année empêcher les gens de fêter Noël en famille, alors que l'an dernier on ne l'avait pas fait. Et désormais on a la vaccination." L'exécutif n'entend pas non plus confiner 61 millions de Français pour protéger les 5,7 millions de non-vaccinés, ce serait "excessif".

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a mentionné mercredi plusieurs décisions possibles. Parmi elles, le renforcement des contrôles aux frontières. Des mesures ont déjà été prises ce jeudi vis-à-vis du Royaume-Uni, où le variant Omicron circule largement, avec le retour du motif impérieux. D'autres pays vont-ils être concernés par ce tour de vis ? "Pour l'instant, on reste sur le Royaume-Uni", assure-t-on du côté de l'exécutif.

Pas de restrictions pour Noël, quid du 31 décembre ?

A priori, le Conseil de défense sanitaire ne devrait pas décider de nouvelles contraintes pour le réveillon de Noël, ni inviter les Français à limiter le nombre de personnes à table. "Avant Noël, tu ne peux rien faire", assure à LCI une source gouvernementale. Mais le réveillon du jour de l'an, lui aussi propice aux grandes fêtes, laisse craindre de nouvelles contaminations.

Faudra-t-il alors interdire les grands rassemblements pour le passage à 2022 ? "Nous n'en sommes pas encore là. Ce n'est pas une option discutée pour l'instant", nous indique-t-on. Ce nouveau Conseil de défense sanitaire devrait toutefois permettre d'"anticiper d'éventuelles mesures pour l'après-fêtes".

Le délai entre la deuxième et la troisième dose raccourci ?

Le gouvernement compte surtout, comme à son habitude, insister sur l'importance de la vaccination. Le ministre de la Santé Olivier Véran a d'ores et déjà évoqué plusieurs pistes parmi lesquelles un raccourcissement du délai pour effectuer sa dose de rappel. Il est actuellement fixé à cinq mois après la vaccination initiale. Mais énormément de Français ont été vaccinés en juillet et sont progressivement déjà éligibles à cette dose de rappel, précise-t-on du côté du gouvernement. Pas certain qu'une réduction du délai soit donc entérinée dès ce vendredi.

Une chose apparaît en tout cas probable : le gouvernement ne pressera pas le pas pour ouvrir la vaccination à tous les 5-11 ans, bien qu'elle soit désormais accessible aux seuls enfants à risque de forme grave. Une telle mesure viserait essentiellement à éviter que les enfants deviennent les principaux vecteurs de l'épidémie, les cas graves de Covid étant extrêmement rares chez les plus jeunes.

Le gouvernement ne cache pas sa volonté de prendre une telle décision, sur le modèle d'Israël ou des États-Unis, et a déjà reçu le feu vert du Comité consultatif national d'éthique, ce vendredi matin. Mais il attend encore l'avis d'autres instances : la Haute autorité de santé (HAS) puis le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale (COSV) peu avant Noël, selon Olivier Véran. "On a reçu les doses, tout est prêt sur le terrain", indique une source gouvernementale à LCI. "Mais nous n'annoncerons rien tant que les autorités sanitaires n'auront pas donné leur avis."


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info