Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : une députée UDI suggère la création d'un "passeport vert" pour les personnes vaccinées

Maxence GEVIN
Publié le 17 décembre 2020 à 7h20
Un groupe parlementaire a proposé d'adopter un "permis vert" pour les personnes vaccinées au coronavirus.

Un groupe parlementaire a proposé d'adopter un "permis vert" pour les personnes vaccinées au coronavirus.

Source : Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

STRATEGIE - La députée UDI Valérie Six a suggéré ce mercredi d'octroyer à chaque personne vaccinée un "passeport vert". Ce document permettrait de se rendre dans les lieux de culture, au restaurant et "de retrouver une vie normale".

"Transparence", communication "lisible" et gestion moins "brouillonne" que pour les masques et tests : les députés ont fait part, mercredi 16 décembre, de leur scepticisme et de leurs "doutes" sur la stratégie vaccinale du gouvernement lors du débat avec le Premier ministre. Plusieurs parlementaires ont également fait des propositions au gouvernement. L'une d'entre elle s'est particulièrement démarquée : la possibilité d'un "passeport vert"

Soumise par l'UDI Valérie Six, elle permettrait aux personnes vaccinées contre le coronavirus de se rendre dans les lieux de culture, au restaurant et "de retrouver une vie normale". Déjà utilisé en Israël, un tel document ne manquerait pas, à coup sûr, de susciter le débat en France. D'une certaine façon, il rendrait de facto le vaccin presque obligatoire alors même que le gouvernement avait annoncé qu'il ne le serait pas. Surtout, il marginaliserait dans leur vie quotidienne les Français ne procédant pas à l'injection. 

Une déclaration d'intérêts des personnes liées au vaccin ?

Par ailleurs, les députés ont rappelé au gouvernement la nécessité de la transparence lors de la campagne de vaccination à venir. Le socialiste Gérard Leseul a critiqué la "multiplication" des "cellules", "organismes" et "conseils" qui "opacifie" la prise de décision en matière vaccinale. Il a aussi réclamé "une déclaration obligatoire des intérêts privés des personnes concernées et actives dans les différents comités" associés à la stratégie vaccinale. De son côté, le groupe LFI a appelé à la "transparence sanitaire" sur la "sécurité des vaccins" ou la durée d'immunité, ainsi que "la transparence économique", sur la "structure des coûts et le prix".

Enfin, plusieurs élus ont réclamé au gouvernement de faire confiance "aux territoires" et aux élus locaux ainsi qu'à la médecine généraliste pour la campagne de vaccination. "La défiance est aussi le résultat d’une gestion verticale et parfois infantilisante de la part de l’exécutif mettant de côté les corps intermédiaires, les élus locaux comme le pouvoir législatif", a notamment souligné le chef de file des députés communistes André Chassaigne.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info