RÉCAP' - Dans un avis rendu ce mardi, la Haute autorité de santé (HAS) préconise l'injection d'une dose de rappel du vaccin contre le Covid-19 à toutes les personnes de 65 ans et plus ainsi qu'à celles présentant des risques de formes graves.

Olivier Véran l'avait laissé entendre lundi soir, la Haute autorité de santé (HAS) l'a confirmé ce mardi. Un rappel vaccinal sera bien proposé cet automne en France à toutes les personnes de 65 ans et plus ainsi qu'à celles présentant des risques de formes graves. "Après avoir analysé les données disponibles, la HAS propose une dose de rappel avec un vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna, ndlr) pour les personnes de 65 ans et plus, ainsi que pour les personnes présentant des comorbidités qui augmentent le risque de formes graves de Covid-19", indique l'autorité dans un communiqué.

Un public bien plus large qu'attendu

Le 12 août, le ministère de la Santé avait confirmé une campagne de rappel (troisième dose pour les personnes ayant déjà reçu deux injections, deuxième pour celles qui n'avaient eu besoin que d'une seule) pour environ 5 millions de personnes : les résidents d'Ehpad et d'unités de soins de longue durée (USLD), les personnes de plus de 80 ans vivant "à domicile", ainsi que les malades "à très haut risque de forme grave" de Covid et les patients "immunodéprimés"

Vaccination : comment la France a rattrapé son retardSource : JT 20h WE

Il avait ensuite "saisi la HAS, le 18 août 2021, sur l'opportunité d'étendre à d'autres populations cette campagne de rappel", précise l'autorité dans son communiqué. Les comorbidités exposant à un risque accru de forme grave de Covid (diabète, obésité, etc.) concernent une population beaucoup plus large que les personnes "à très haut risque", qui fait référence à une liste restreinte de maladies.

De l'ARN messager pour les vaccinés avec Janssen

La HAS recommande aussi une dose de rappel avec un vaccin ARNm pour les personnes qui ont eu le vaccin à dose unique Janssen et préconise ce rappel "à partir de 4 semaines après la première injection".

Vacciner contre le Covid et la grippe en même temps

"On pourrait démarrer début septembre", a avancé lundi Olivier Véran, tout en précisant qu'"il y aurait forcément un délai d'au moins six mois entre la 2e et la 3e injection". Pour la HAS, "la priorité pour les prochaines semaines est de tout mettre en œuvre afin d'augmenter la couverture vaccinale, en particulier dans la classe d'âge des plus de 80 ans pour laquelle la couverture vaccinale complète reste insuffisante (79,9%)".

L'autorité, elle, propose de "simplifier le parcours vaccinal" des personnes concernées "en administrant le vaccin contre la grippe et celui contre la Covid de manière concomitante" à partir de fin octobre.

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 47.620.552 personnes ont reçu au moins une injection (soit 70,6% de la population totale) et 41.637.794 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 61,8% de la population totale).


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info