Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : que sait-on du statut vaccinal des malades hospitalisés en France ?

AL
Publié le 30 juillet 2021 à 17h16, mis à jour le 31 juillet 2021 à 10h12
Le centre de vaccination de Porte de Versailles à Paris a vacciné jusqu'à 4.000 personnes par jour en juin dernier.

Le centre de vaccination de Porte de Versailles à Paris a vacciné jusqu'à 4.000 personnes par jour en juin dernier.

Source : Léa LUCAS

PERSPECTIVE - Une nouvelle étude de la Drees, le service statistique des ministères sociaux, suggère que la protection apportée par la vaccination est forte. Selon elle, 84% des personnes hospitalisées en France pour une infection au Covid-19 ne sont pas vaccinées.

Publiée pour la première fois, une étude réalisée par la Drees, le service statistique des ministères sociaux, a croisé les données sur les résultats des tests Covid-19, les vaccinations anti-Covid et les hospitalisations conventionnelles ou en soins critiques (réanimation, soins intensifs et soins continus) pour cette maladie.

Les différents chiffres rapportés par cette étude montrent que la vaccination protège contre l'hospitalisation et le développement de cas graves, la Drees notant que "la remontée récente des entrées hospitalières est portée par les personnes non vaccinées".

Selon une première analyse des données récoltées sur la période allant du 31 mai au 11 juillet, les personnes non vaccinées représentent 84% des hospitalisations dites conventionnelles et 85% des hospitalisations en soins critiques. 

Si la vaccination n'empêche pas la contraction du Covid-19, comme le développement d'une forme grave, l'étude montre que le risque d'être hospitalisé, en soins continus comme en réanimation, est nettement chez les personnes vaccinées par rapport à la population générale. En effet, les patients complètement vaccinés représentent 7% des admissions, soit une proportion cinq fois plus faible que la couverture vaccinale de la population à l'époque où les travaux ont été réalisés (35% de la population avaient un schéma vaccinal complet et 45% n'avaient reçu aucune dose de vaccin).

Lire aussi

Concernant les décès recensés sur cette période, une très large majorité (78%) concernent des personnes non vaccinées, 11% des personnes complètement vaccinées, et 11% des personnes ayant reçu une première dose.

Enfin, l'étude présente une première évaluation de la dangerosité du variant Delta. "La part des patients présentant la mutation delta est plus élevée parmi les patients entrant en soins critiques qu’elle ne l’est parmi les patients entrant en hospitalisation conventionnelle et parmi l’ensemble des cas testés positifs", souligne ainsi la Drees. Cependant, le service reste prudent puisque sur cette période, le variant Delta était encore peu identifié.


AL

Tout
TF1 Info