La Haute autorité de santé compte suggérer au gouvernement de mettre fin à l'obligation vaccinale des soignants contre le Covid-19.
Une consultation publique a été lancée ce lundi.
La recommandation définitive sera publiée fin mars.

Les soignants non vaccinés contre le Covid-19 vont-ils bientôt pouvoir être réintégrés ? La Haute autorité de santé (HAS), dont les avis sont généralement suivis par le gouvernement, y songe. Ce lundi, la HAS, saisie par le ministère de la Santé, a lancé une consultation publique "sur les obligations et recommandations vaccinales des professionnels de santé". Elle concerne notamment le Covid-19.

"Dans le contexte actuel, l'obligation vaccinale contre le Covid-19 pourrait être levée pour tous les professionnels visés" par cette contrainte, estime d'ores et déjà la HAS, dans un projet d'avis rendu public sur son site. "Cette vaccination devrait toutefois rester fortement recommandée, en particulier pour les professions pour lesquelles une recommandation de vaccination est actuellement en vigueur pour la grippe", prévient-elle.

Pas une "remise en question de l'efficacité" du vaccin

Mais cette position n'est pas définitive et pourrait évoluer selon les résultats de la consultation publique. Jusqu'au 3 mars, les associations de patients et d'usagers du système de santé et des secteurs social et médico-social, les sociétés savantes, les collèges nationaux professionnels, les ordres professionnels, ou encore les syndicats de professionnels de la santé sont invités à remplir un questionnaire en ligne.

À l'issue de cette consultation, la HAS rendra son avis définitif, sur lequel pourrait se baser le gouvernement. En parallèle, le Conseil national d'éthique (CCNE) doit aussi se prononcer, à la demande de l'exécutif, sur la situation des soignants suspendus.

La fin de l'obligation vaccinale, en vigueur depuis 2021, ne représenterait cependant pas "la fin de l'épidémie", ni "une remise en question de l'efficacité et de la pertinence" du vaccin, souligne la Haute autorité de santé. Cette préconisation, si elle voyait le jour, pourrait d'ailleurs être "revue en cas de modification défavorable de l'épidémiologie". Actuellement, le nombre de nouveaux tests positifs est inférieur à 5000 par jour.

Outre le Covid-19, la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et l'hépatite B sont également concernées par cette consultation publique. Dans un second temps, la HAS statuera sur les vaccinations aujourd'hui seulement recommandées aux professionnels.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info