Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : les prises de rendez-vous pour une 3e dose en forte hausse avant l'allocution de Macron

La rédaction de LCI
Publié le 6 novembre 2021 à 15h30
JT Perso

Source : JT 13h WE

VACCINATION - Alors que les incitations à recevoir la dose de rappel anti-Covid se multiplient et qu'Emmanuel Macron doit évoquer le sujet lors d'une allocution mardi, les Français semblent désormais décidés à en bénéficier. Selon Doctolib, la réservation de créneaux pour cette nouvelle injection a battu des records vendredi.

Les nombreux appels à bénéficier d'une troisième dose de vaccin semblent avoir porté leurs fruits. Selon les données fournies par Doctolib, la prise de rendez-vous pris pour la dose de rappel a battu un record vendredi. Au total, 63.355 créneaux ont été réservés, en hausse de 61% par rapport à la semaine passée. Il s'agit du niveau le plus élevé depuis le début de la campagne. À titre de comparaison, 51.935 créneaux avaient été réservés la veille, 57.892 mercredi et 57.147 mardi.

Au 4 novembre, 3,3 millions de personnes avaient reçu leur dose de rappel, soit 45% des personnes éligibles (le délai de six mois s'étant écoulé depuis leur 2e dose), selon les dernières données communiquées par le ministère de la Santé à LCI.

Une cadence trop faible pour le gouvernement

"Plus de 95% des EHPAD ont, soit commencé, soit terminé leur opération de rappel vaccinal", nous indiquait vendredi le ministère. En revanche, parmi les personnes fragiles, qui ont moins de 65 ans, la couverture vaccinale de cette cible serait seulement de 19%. "Visiblement, nous avons toujours un problème de méconnaissance et de notoriété du rappel chez les personnes comorbides et une adhésion à la dose de rappel plus limitée dans cette catégorie de population", reconnaît le ministère de la Santé. De plus, alors que les personnes qui ont bénéficié du vaccin Janssen ont aussi été incluses dans la campagne de rappel, peu d'entre elles ont pris rendez-vous. Sur un million de personnes éligibles, seules 200.000 personnes ont été vaccinées. 

Pour le gouvernement, la cadence n'est pas assez rapide. Vendredi, jour de cette hausse de prises de rendez-vous, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a annoncé qu'Emmanuel Macron allait s'exprimer dès mardi sur la situation sanitaire. Se posera notamment la question, lors de cette allocution, du conditionnement du pass sanitaire à une troisième dose de vaccin, devenu le cheval de bataille du gouvernement. En déplacement vendredi à Montpellier, le Premier ministre Jean Castex a dit à l'AFP que l'exécutif réfléchissait à cette piste "sans doute plus que la piste de la vaccination obligatoire pour les plus de 65 ans". "Personne ne doit manquer au rappel" car "la vaccination est une carte maîtresse", a de son côté insisté Gabriel Attal en visitant un centre de vaccination dans une pharmacie de Paris.

Une obligation qui ne convainc pas l'Académie de médecine

Vendredi 29 octobre, l'Académie de médecine s'est cependant opposée à l'idée de conditionner le pass sanitaire à une troisième dose de vaccin anti-Covid. Cette mesure "transgresse le rôle dévolu au passe sanitaire qui était de limiter le risque de transmission du virus et d'inciter la population à se faire vacciner", a estimé l'Académie de médecine dans un communiqué. "Faut-il user de la contrainte vis-à-vis de cette population sensibilisée qui, pour sa grande majorité, consentira spontanément à recevoir le rappel vaccinal ? Les mesures incitatives ne devraient-elles pas cibler en premier lieu toutes les personnes encore non vaccinées, dont 20% des adultes ?", questionne-t-elle.

Les avis de l'Académie de médecine étant non contraignant, le gouvernement attendait, pour trancher, l'avis de la Haute autorité de santé (HAS), du comité d'orientation pour la stratégie vaccinale et du conseil scientifique. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a indiqué le 29 octobre que ces avis devraient parvenir "dans quelques jours"


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info