Covid-19 : la France face à la 7e vague

Covid : Alain Fischer appelle les plus de 60 ans à faire leur 4e dose de vaccin

V.M avec AFP
Publié le 26 juin 2022 à 8h59, mis à jour le 26 juin 2022 à 22h40
JT Perso

Source : JT 20h WE

Alors que l'épidémie de Covid repart à la hausse en France, Alain Fischer appelle les plus de 60 ans et les publics vulnérables à faire leur rappel vaccinal sans attendre.
Le président du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale explique dans le JDD que ce rappel permettra de protéger "à plus de 90%" contre les formes graves.
Il ouvre déjà la voie à un 3e rappel (5e dose).

Il bat inlassablement le rappel pour les personnes âgées et vulnérables. Alain Fischer, président du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, affirme dans une interview au JDD que les personnes de plus de 60 ans et les publics vulnérables doivent se faire administrer sans attendre leur deuxième rappel (4e dose) pour faire face à la septième vague de l'épidémie de Covid-19.

Dans le JDD, Alain Fischer alerte sur le fait que "malgré l’effet cumulatif des injections et des infections, le niveau de protection n’est plus optimal" pour ces publics. "Par ailleurs", affirme l'immunologue, "les vaccins restent sûrs. Il n’y a pas plus d’effets secondaires lors d’une quatrième dose"

Au total, selon lui, 8,5 millions de Français sont actuellement éligibles à la 4e dose et ne l'ont pas encore reçue. Ils doivent, dit-il, se rendent "chez leur pharmacie ou chez leur généraliste" pour faire leur rappel.

Lire aussi

Un rappel efficace, à faire avant l'hiver

"Les données montrent qu’avec une quatrième dose, le taux d’anticorps neutralisants remonte au même niveau qu’après la troisième", plaide Alain Fischer. "La protection contre les formes graves est donc rétablie à plus de 90 % pour un certain nombre de mois. Franchement, une piqûre deux fois par an, ce n’est pas si terrible !"

Pour le professeur Fischer, les campagnes de vaccination à répétition ne témoignent pas "d'un échec relatif" des vaccins à ARN messager, mais au contraire d'un "immense succès, même s’il reste imparfait", dans la mesure où "ces vaccins ont évité un très grand nombre de décès, d’hospitalisations et de confinements"

Les publics prioritaires devraient idéalement se faire vacciner "au début de l'automne plutôt qu'en décembre, pour être couplés avec la vaccination antigrippale", explique enfin le "Monsieur Vaccin" du gouvernement, qui ouvre déjà la voie à un 3e rappel (5e dose) ultérieur pour les plus vulnérables. 


V.M avec AFP

Tout
TF1 Info