Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Pass sanitaire : l'obligation limitée aux centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés

MM avec AFP
Publié le 18 juillet 2021 à 7h56
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

EXPLICATIONS - Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a précisé dans le JDD les contours de l'extension de l'obligation du pass sanitaire décidée par Emmanuel Macron, lundi.

Après les annonces d'Emmanuel Macron et la surprise des Français, les membres de l'exécutif ont passé leur semaine à détailler les nouvelles mesures sanitaires décidées par le président, lundi 12 juillet, qui feront l'objet d'un projet de loi présenté lundi en Conseil des ministres. Ce dimanche, c'est au tour de Bruno Le Maire de lever certaines incertitudes autour des règles qui régiront les commerces. 

D'après le ministre de l'Économie, seuls les centres commerciaux d'une superficie supérieure à 20.000 mètres carrés devraient être concernés par l'obligation de contrôler le pass sanitaire à partir de début août, a annoncé le locataire de Bercy dans le Journal du Dimanche.

"Un consensus à portée de main"

Bruno Le Maire a voulu "rassurer les chefs d'entreprise" qui auraient "des inquiétudes". "Nous ferons preuve de compréhension. Nous proposons ainsi que seuls les plus grands centres commerciaux, d'une superficie supérieure à 20.000 mètres carrés, soient concernés", a-t-il indiqué, assurant qu'"un consensus de la profession sur ce seuil est à portée de main".

Ce seuil élevé de 20.000 mètres carrés était celui sur lequel la profession tablait depuis plusieurs jours. C'est aussi celui qui avait été choisi en février, quand le gouvernement avait fermé les centres commerciaux non alimentaires de plus de 20.000 mètres carrés, soit environ 400 centres en France. Le seuil avait ensuite été abaissé en mars à 10.000 mètres carrés dans les départements à risque.

Lire aussi

Les centres commerciaux ont discuté toute la semaine avec le gouvernement pour définir les modalités d'application du pass sanitaire, et notamment de l'endroit où il serait contrôlé.

Par ailleurs, "les sanctions doivent être dissuasives, elles ne doivent pas être excessives. Ce sera aux parlementaires d'en débattre sur la base de la proposition du gouvernement et du projet de loi qui sera présenté demain en Conseil des ministres. Nous avons toujours indiqué avec clarté que ceux qui ne respectent pas les règles ne seront plus éligibles au fonds de solidarité", a poursuivi Bruno Le Maire dans le JDD.


MM avec AFP

Tout
TF1 Info