L'info passée au crible

Des composants du vaccin Pfizer étaient-ils déconseillés pour l'homme ?

Caroline Quevrain
Publié le 21 décembre 2021 à 18h36, mis à jour le 4 janvier 2022 à 15h20
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

RECHERCHE - Un document sur le vaccin Pfizer circule sur les réseaux sociaux, affirmant que certains de ses composants ne sont pas faits pour l’homme. Une information qui a été démentie par le fabricant lui-même.

La découverte, contenue dans des documents officiels, aurait l’effet d’une "bombe". Voilà quelques jours que des internautes pensent détenir la preuve que le vaccin de BioNTech/Pfizer n’était pas destiné à être utilisé sur des humains. Brandissant un document présenté comme la fiche d’un composant du vaccin, l’ALC-0315, plusieurs utilisateurs de Twitter ont crié au scandale. 

"Sur le site de l'EMA de l'Europe, nous trouvons aujourd'hui le document des caractéristiques du vaccin Biontech. Sous le point 6 page 16, il y a deux ingrédients : ALC-0315 et ALC-0159 dont le producteur est Echelon Biosciences Inc.", explique l’un d’eux dans un post partagé plus de 2000 fois. Ce dernier en est convaincu : "Le vaccin Biontech Pfizer et Moderna ne peuvent pas être administrés à des humains. Partagez si vous connaissez des gens qui peuvent publier cette info. C'est la fin de la vaccination !" Un autre, se présentant comme un chercheur en biochimie, s’adresse aux vaccinés de la planète : "Vous êtes les cobayes : 4 milliards de rats ! Not for human use…" 

Depuis quelques jours, ce document est présenté comme la preuve que des composants du vaccin sont interdits à "l'usage humain" - capture écran

Sur ce document partagé au format PDF (voir ci-dessus) on peut lire : "L'ALC-0315 est un lipide ionisable qui a été utilisé pour former des nanoparticules lipidiques pour l'administration de l'ARN. L'ALC-0315 est l'un des composants du vaccin BNT162b2 contre le SRAS-CoV-2, en plus de l'ALC-0159, du DSPC et du cholestérol. Ce produit est destiné à la recherche uniquement et non à l'usage humain." C’est bien cette dernière phrase qui a retenu l’attention et qui constituerait la preuve que le vaccin ne peut être administré à l’homme. 

Alors, de quoi parle-t-on ? Les produits cités ici appartiennent bien à la famille des lipides et sont utilisés dans le vaccin à ARNm développé par BioNTech/Pfizer. Concrètement, ce vaccin est composé d’une substance active, l’ARN, et d’excipients, soit l'ensemble des substances différentes du principe actif. Ces excipients sont dans le cas présent des lipides de synthèse, qui servent à envelopper l’ARN pour qu’il pénètre mieux dans la cellule et dont le rôle est détaillé ici par Futura Sciences. Aux côtés de ces substances, sobrement appelées ALC-0315 et ALC-0159, on trouve aussi du cholestérol de synthèse. "Ces lipides entrent dans la formulation d'un médicament sans qu'ils aient une action thérapeutique, ils sont inertes", d'après Sonia Khier, chercheuse en pharmacologie à l’université de Montpellier.

Lire aussi

En réalité, le laboratoire Pfizer produit la substance active du vaccin mais sous-traite la fabrication de ces lipides à une société américaine : Echelon Biosciences. Nous avons retrouvé le fameux fichier partagé sur le site de la société. Le produit ALC-0315, vendu de 75 à 390 dollars selon la quantité, est présenté de la même manière. Même chose pour le produit ALC-0159, qui est cette fois vendu plus cher (de 125 les 5 mg à 495 dollars les 25 mg). Ce document n’est donc pas un trucage mais la dernière phrase, tenue pour preuve par les internautes, est légèrement différente. On peut lire ici qu'"il s’agit d’un produit de qualité réactif, destiné uniquement à la recherche" (voir ci-dessous). 

Les propriétés du composant du vaccin Pfizer, visé par des internautes, sur le site du fabricant Echelon Sciences - Echelon Sciences / capture écran

Mais cela signifie-t-il que ces produits n’auraient jamais dû être achetés par Pfizer pour être intégrés à son vaccin contre le Covid ? Non, et cela a été démenti par le sous-traitant lui-même. Dans une série de tweets publiés le 8 décembre et passés largement inaperçus, Echelon Biosciences revient sur cette campagne de "désinformation" qui la vise et sur cette fameuse phrase figurant sur les fiches de ses produits : "Nous vendons certains des composés trouvés dans les vaccins depuis quelques mois maintenant. Puisque nous ne les fabriquons pas dans les mêmes conditions GMP que les entreprises qui fabriquent les vaccins, nous ne les vendons qu’en tant que ‘recherche uniquement’."

GMP renvoie ici à "good manufacturing practices" ou "bonnes pratiques de fabrication", ces règles de production et de commercialisation des médicaments. Aux États-Unis, elles sont édictées par la Food and Drug Administration (FDA), l’agence des médicaments. En clair, Echelon Biosciences explique que la mention "‘utilisation pour la recherche uniquement’ ne signifie pas qu'un composé ou un réactif n'est pas sûr pour une utilisation chez l'homme" mais qu’elle correspond à son statut. C'est à dire aux fins d’utilisations de ses produits, qu’elle vend à des laboratoires et qui ne sont pas destinés à être mis sur le marché tels quels. "Nous n’avons pas inventé ces composés. Nous les vendons à d’autres scientifiques qui recherchent de nouvelles façons de les utiliser pour potentiellement aider les gens", précise d'ailleurs le sous-traitant. 

Interrogée en parallèle sur cette mention, Sonia Khier nous explique que lorsqu’elles sont vendues, "certaines substances entrant dans la composition d'un médicament peuvent être étiquetées 'recherche uniquement'. Mais cela n'a rien à voir avec la dangerosité". Un vaccin, lui, bénéficie du statut de "médicament à usage humain" et doit répondre à des standards spécifiques, comme le détaille l’ANSM, l’Agence nationale de sécurité du médicament

La mention figurant sur les composants du vaccin ne renvoie donc pas à l'interdiction d’être utilisés sur l’homme mais à une simple question de règlementation. Quant au fait que la phrase reprise par les internautes ait été modifiée par Echelon Biosciences sur son site, cela peut s'expliquer logiquement par un souci de clarté de sa part. Sa réponse officielle face à ces fausses informations a été partagée seulement une dizaine de fois sur Twitter. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline Quevrain

Tout
TF1 Info