Covid-19 : la France face à la 7e vague

Covid : face au rebond de l'épidémie, l'Italie s'apprête à prolonger le masque au travail

Thomas Deszpot
Publié le 25 juin 2022 à 16h29
JT Perso

Source : Les MATINS LCI

Malgré un assouplissement des protocoles sanitaires, le masque restait obligatoire au travail en Italie.
Une mesure qui devait être abandonnée le 30 juin, mais que les autorités envisagent désormais de prolonger cet été.
L'augmentation très nette des cas de Covid pousse le gouvernement à revoir sa copie, rapporte la presse transalpine.

À la mi-juin, l'Italie assouplissait son protocole sanitaire. Dans les cinémas, théâtres, salles de concert, salles de spectacle couvertes et dans les salles de sport, le port du masque ne devenait plus obligatoire, grâce à une amélioration de la situation épidémique.

Un soulagement pour bon nombre d'Italiens, qui attendaient une décision similaire pour le port du masque au travail. En entreprise, il est en effet encore obligatoire jusqu'au 30 juin, son abandon étant conditionné à des échanges entre les autorités et les partenaires sociaux. Pourtant, si l'arrivée de l'été offrait aux salariés l'espoir de travailler sans masque, la recrudescence des cas de Covid chez nos voisins incite le gouvernement à revoir sa copie. La presse italienne indique ainsi que le relâchement des mesures envisagé en juillet pourrait finalement être reconsidéré.

Un doublement des cas quotidiens en deux semaines

En l'espace de 15 jours, le nombre de cas quotidiens recensés chez nos voisins a plus que doublé, sous l'influence notamment du sous-variant BA.5 d'Omicron. De quoi remettre en cause le calendrier prévu initialement et qui prévoyait la fin du masque obligatoire au 1er juillet. Le quotidien La Stampa évoque même un "retour du FFP2 au travail", parmi les plans des autorités. "Les techniciens des ministères du Travail et de la Santé préparent l'ébauche du document qui constituera, une fois avalisé par les entreprises et les syndicats, le nouveau protocole anti-Covid en entreprise", résume ainsi le site Money.it.

Selon la presse, cette obligation serait maintenue en intérieur, lorsque les salariés se trouvent en contact étroit avec les clients et/ou leurs collègues. Les serveurs, les barmans, les serveurs au comptoir des bureaux privés et des banques et les travailleurs non protégés par des barrières en verre ou en plexiglas notamment continueront à les porter. De même qu'au bureau et à l'usine, lorsque les postes de travail se trouvent à une distance inférieure à deux mètres.

Lire aussi

Le média Il Giornale d'Italia note que l'INAIL, l'institut italien d'assurance contre les accidents du travail, "assimile le Covid à une maladie professionnelle". Un élément important, puisque "cela oblige l'employeur à prendre des mesures préventives car, dans le cas où ses salariés tomberaient malades du Covid, la responsabilité incomberait à l'employeur". Cela explique notamment la prudence des associations professionnelles, qui affichent actuellement leur volonté de mettre à jour les protocoles et ne militent pas pour un abandon du masque.

Les documents de travail consultés par les journalistes transalpins, s'ils doivent encore être officialisés, prévoiraient toujours un recours massif au télétravail pour les salariés fragiles, ainsi qu'un isolement à domicile des salariés contaminés. Les travailleurs qui se rendent au bureau en transports en commun, quant à eux, resteront soumis aux obligations toujours en vigueur : le FFP2 est en effet de rigueur dans les bus, trains et autres tramways italiens. Une mesure en vigueur jusqu'au 30 septembre au moins.


Thomas Deszpot

Tout
TF1 Info