L'info passée au crible
Verif'

Covid : l'Insee montre-t-elle une hausse de la mortalité chez les moins de 65 ans corrélée au lancement de la vaccination ?

Thomas Deszpot
Publié le 24 mai 2022 à 18h30
L'Insee met en garde contre une interprétation biaisée de ses chiffres.

L'Insee met en garde contre une interprétation biaisée de ses chiffres.

Source : FREDERIC J. BROWN / AFP

Un site proche des mouvements conspirationnistes s'appuie sur une publication de l'Insee pour dénoncer les effets soi-disant néfastes des vaccins.
L'Institut mettrait en évidence une hausse de la mortalité chez les moins de 65 ans, à une période qui correspond à celle du début des vaccinations.
L'Insee réfute cette argumentation et souligne que l'auteur "confond corrélation et causalité".

La baisse flagrante des cas quotidiens et des décès liés au Covid-19 n'empêche pas les militants hostiles à la vaccination de poursuivre leur mobilisation. Sur les réseaux sociaux notamment, des publications dénoncent quotidiennement les effets secondaires prêtés aux vaccins, ou bien encore la dangerosité supposée des injections pour tout ou partie de la population. 

Ces derniers jours, ce sont des données partagées par l'Insee qui sont commentées. Une publication mise en ligne sur le site "Courrier des stratèges" a déclenché de nombreuses réactions : elle assure que l'institut de la statistique "montre que la vaccination est allée de pair avec une hausse de la mortalité des moins de 65 ans". Une interprétation trompeuse, répond aujourd'hui l'Insee à TF1info.

Un raisonnement trompeur

"Alors que, en 2020, il existait une différence de 3% entre les décès attendus et les décès constatés chez les 35-54 ans, cette différence a plus que doubler, approchant les 7% en 2021", souligne le billet daté du 21 mai. Et "le chiffre est encore plus effrayant pour les moins de 35 ans, où, en 2020, on a compté moins de décès effectifs qu’attendus… alors que, en 2021, les décès constatés étaient supérieurs de 1% aux décès attendus." À chaque fois, l'Insee est utilisé comme source pour les chiffres, ce qui tend à crédibiliser la démonstration. Sur Twitter, l'auteur se mue en lanceur d'alerte : "la mortalité des moins de 55 ans a explosé en 2021 après le début de la vaccination", assure-t-il

Avant de solliciter l'Insee pour en savoir plus sur les données ici présentées, il est nécessaire de s'intéresser au site "Courrier des stratèges" et à son créateur, Éric Verhaeghe. Présenté comme "entrepreneur et blogueur français proche de la sphère conspirationniste" par le très documenté site Conspiracy Watch, il est souligné dans sa page Wikipedia qu'il "est à l'origine de plusieurs fausses rumeurs à l'occasion de la pandémie de Covid-19, notamment à travers son blog Le Courrier des stratèges". Des mentions qui incitent à la prudence, surtout lorsqu'il est question d'un sujet ayant trait à l'épidémie.

Contacté par TF1info, l'Insee a pris connaissance de cette publication, dont elle contredit les différentes conclusions. L'institut rappelle avoir par le biais de sa récente étude estimé "le nombre de décès (toutes causes confondues) attendus en 2020 et 2021", en tenant compte de "l’évolution tendancielle à la baisse des risques de décès à chaque âge quasi continue observée lors de la dernière décennie", ainsi que de "l’évolution de la population (son accroissement et son vieillissement)".  Par son travail, "en comparant ces décès attendus, en l’absence d’épidémie, et les décès observés en 2020 et en 2021, nettement plus nombreux, l’Insee en déduit l’excèdent de décès occasionnés par l’épidémie : sur la période mars 2020 à décembre 2021, l’Insee estime ainsi qu’il y a eu 95 000 décès de plus qu’attendus".

Cette précision effectuée, l'Insee met en garde contre les conclusions faisant un lien entre la hausse de la mortalité attendue et la campagne de vaccination. En effet, "l’auteur confond corrélation et causalité : ce n’est pas parce que la surmortalité en 2021 a augmenté pour les moins de 65 ans de manière concomitante à la campagne de vaccination, que la vaccination a entraîné une surmortalité"

Comme l’Insee l’a expliqué dans son article, "la surmortalité en 2020 comme en 2021 par rapport aux décès attendus s’explique certes par des décès dus à la Covid, mais aussi par des décès dus à d’autres causes qui n’auraient pas eu lieu sans épidémie, typiquement des décès entrainés par des reports d’actes médicaux, des dépistages de cancers ou d’autres maladies qui n’ont pas eu lieu pendant les confinements".  Ces décès, dus à d’autres causes, "pourraient expliquer pourquoi la surmortalité en 2021 demeure importante, et plus importante qu’en 2020 pour certaines classes d’âge".

Insee

Il est ainsi exact que la surmortalité double chez les 35-54 ans, puisqu'elle passe de 3% en 2020 à 7% en 2021. Quant à la surmortalité des moins de 35 ans en 2021, elle demeure très faible (de l'ordre de 1% seulement) et "fait suite à une sous-mortalité en 2020, due notamment à la baisse des accidents mortels des jeunes hommes pendant le 1er confinement du printemps 2020".

En prenant de la hauteur, on constate donc "davantage de décès dûs à d’autres causes en 2021", mais aussi "moins de décès évités", soit "autant de facteurs qui peuvent expliquer que la surmortalité demeure élevée en 2021, malgré la vaccination" et "dans un contexte où de nouveaux variants plus transmissibles sont apparus en 2021, année au cours de laquelle les interactions sociales ont été plus importantes qu’en 2020".

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas Deszpot

Tout
TF1 Info