Pourquoi danser fait du bien à votre corps, mais aussi à votre cerveau ?

Publié le 16 février 2024 à 12h30

Source : JT 20h WE

Danse classique, orientale, zumba… La danse offre de multiples bienfaits.
En mobilisant l’ensemble du corps, elle défoule et sollicite l’ensemble des fonctions corporelles et cérébrales.
Conséquence, les danseurs se sentent mieux dans leurs baskets.

En 2020, la France comptait près de 11 millions de danseurs réguliers ou occasionnels. Mieux, ce nombre de danseurs licenciés à doubler entre 2008 et 2020. L’émission Danse avec les stars, qui signe son retour ce vendredi sur TF1, n’est peut-être pas étrangère à cet afflux de danseurs amateurs dans les clubs.

Rythme entraînant, pas cadencés, mouvements amples et organisés… Ce sport complexe muscle le corps, améliore la coordination motrice et stimule la circulation sanguine. C’est aussi un mode d’expression complet stimulant les connexions cérébrales, l’équilibre, le renforcement musculaire, l’interaction avec les autres ou encore l’écoute de soi et du rythme de la musique. 

En France, la danse classique, le modern jazz, le hip-hop, la danse moderne et les danses de salon comme la salsa, la bachata ou le tango gardent la cote. Si ces types de danse ne s’appuient pas sur les mêmes mouvements, ils mobilisent tous intensément le corps et le cerveau.

La danse pour prendre soin de son corps

Danser permet d’entretenir son corps. Une heure de danse brûle entre 200 et 600 calories en fonction du style de danse pratiqué. Un score semblable à la natation ou à la marche rapide. Il s’agit d’un bon moyen de remodeler ou d'affiner sa silhouette. Porté par la musique, sans vous en rendre compte, vous renforcez vos muscles et améliorez votre équilibre en stimulant l’oreille interne. Les étirements et le gainage abdominal corrigent votre posture au quotidien.

Bouger en rythme favorise également l’endurance. Avec de grands mouvements, parfois rapides, vous développez votre souplesse. Cette activité tonique vous oblige à travailler votre souffle pour engranger de l’énergie. Résultat, la danse entretient la cohérence cardiaque, réduit le risque de maladies cardiovasculaires à l’instar de l’hypertension artérielle et prévient le cholestérol ou l’obésité.

Des gains pour le psychisme et les échanges

La danse entraîne la gymnastique du cerveau. Apprendre une chorégraphie oblige à mémoriser, reproduire et coordonner des mouvements avec les autres et en lien avec la musique. Autant d’efforts qui enrichissent la neuroplasticité du cerveau. Objectif, garder une concentration maximale et prendre des décisions rapides. Dans son livre "Faites danser votre cerveau", la scientifique Lucie Vincent affirme que la danse "a des effets bénéfiques sur les maladies neurodégénératives comme Parkinson ou Alzheimer".

La danse libère de grandes quantités d’hormones indispensables à notre bien-être. L’endorphine diffuse du plaisir et lutte contre le stress. La sérotonine et l’ocytocine renforcent votre bonheur, votre confiance en vous et vous rendent euphorique. La dopamine stimule l’attention et facilite la compréhension.

Enfin, bouger contre l’autre et avec les autres offre aux danseurs un moyen concret de socialiser. Le collectif encourage les échanges. "Pratiquer ensemble des mouvements synchrones renforce les liens entre participants et réduit les émotions négatives", reprend Lucie Vincent dans son livre.


Geoffrey LOPES

Tout
TF1 Info