PRÉVENIR – Avec les fortes chaleurs, son lot de risques. Parmi eux, l’hydrocution. Quand la différence de températures du corps et de l’eau est trop grande, le cœur peut flancher et l’issue être fatale. Cette mésaventure est arrivée à un Héraultais ce week-end. LCI fait le point sur ce qu’il faut savoir pour éviter le drame.

L’homme d’une quarantaine d’années est resté allongé plusieurs heures au soleil avant de piquer une tête dans l’Orb, un fleuve situé au  nord-ouest de Béziers. Il est décédé d’une hydrocution quasi instantanément samedi en début d’après-midi, rapporte Midi Libre. Son cœur s’est arrêté en même temps que sa respiration lorsqu’il est entré dans l’eau à cause de la différence de températures entre son organisme et l'eau du fleuve.

En effet, la chaleur provoque une dilatation des vaisseaux sanguins quand la fraîcheur de l’eau entraîne leurs contractions. Et plus la différence est importante, plus le risque est grand. Le nombre de ce type d’accidents est difficile à évaluer car l’hydrocution est souvent liée à la noyade, d’où son autre nom : la noyade syncopale. Globalement, un rapport de l’Institut national de veille sanitaire (InVS) recense en 2015 1 266 noyades accidentelles dont 436 décès, soit 3,6 décès par jour en moyenne. Voici quelques recommandations à suivre pour éviter le drame.  

Eviter le grand plongeon

Quand les températures grimpent, la tentation de plonger pour se rafraîchir est grande. Mais comme la noyade syncopale se déclenche suite aux variations importantes de températures, un document d'informations de Santé Publique France recommande plutôt d’entrer dans l’eau progressivement "particulièrement lorsque l’eau est froide et que vous vous êtes exposé au soleil". Bras, ventre, nuque... mouillez-vous au préalable ! 

Eviter la baignade d’après repas

Après un bon repas, la digestion s’enclenche. L’appareil digestif, en plein travail, sollicite alors beaucoup l’organisme qui a plus de difficulté à réguler la température corporelle. Le risque de choc thermique est donc  plus grand. C'est pourquoi il est recommandé d'attendre deux heures avant de se baigner. Santé Publique France déconseille également fortement la consommation d’alcool avant et pendant la baignade pour ne pas accentuer le phénomène de dilatation des vaisseaux, sans compter le risque de noyade. 

Enfin, sachez que l’hydrocution n’est pas forcément instantanée. Des frissons, des maux de tête ou des crampes peuvent la précéder. Soyez prudents !


Julie BERNICHAN

Tout
TF1 Info