À l’approche de la saison estivale, Santé publique France alerte cette semaine sur la présence de tiques porteuses du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo dans le sud de la France et en Corse.
L’organisme de santé rappelle les bons gestes à adopter pour se protéger de ces piqûres et éviter d'être contaminé.

L’approche de l’été rime aussi avec le retour en force des tiques, particulièrement actives du début du printemps à la fin de l’automne. Mais cette année, une récente découverte inquiète : pour la première fois en France, en octobre 2023, le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) a été détecté dans des tiques sur des bovins dans les Pyrénées-Orientales et en Corse, rapporte Santé publique France dans un communiqué publié jeudi 23 mai.

Si ces acariens sont présents en Corse depuis plusieurs années, ils sont désormais aussi implantés dans l’ensemble du pourtour méditerranéen (Pyrénées-Orientales, Aude, Hérault, Gard, Ardèche, Drôme, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes), et peuvent être porteurs du virus. 

La FHCC est une "infection causée par un virus qui peut provoquer chez l’humain de la fièvre, des frissons, des troubles digestifs et, dans de rares cas, une maladie hémorragique avec des saignements incontrôlés, pouvant entraîner la mort", décrit Santé publique France. À l’heure actuelle, aucun cas humain n’a été diagnostiqué en France, mais le risque de contamination "est maintenant démontré".

Le virus se transmet le plus souvent par la morsure d’une tique Hyalomma marginatum qui est elle-même infectée par la FHCC, et dans de plus rares cas, par un contact avec le sang d’un animal ou d’une personne infectée. Pour s’en prémunir, la Direction Générale de la Santé, l’Anses et Santé publique France rappellent les mesures de prévention à adopter. 

Se couvrir les membres, porter des chaussures fermées…

Selon ces organismes, le meilleur moyen de se protéger contre la FHCC est avant tout d’éviter de se faire mordre par une tique. Pour ce faire, Santé publique France recommande de porter des vêtements couvrant les jambes et les bras, de couleur claire de préférence pour mieux voir la tique, surtout dans les lieux où elle a le plus de chance d’être installée (dans les chemins de randonnée, les champs, les vignes, les vergers, les zones sèches de garrigues, etc.)

SpF préconise également de porter des chaussures fermées, d’inspecter régulièrement son corps et celui des enfants, ainsi que de disposer d’un tire-tique ou d’une pince fine pour retirer l'acarien rapidement en cas de morsure. 

Si vous êtes mordu, Santé publique France indique les gestes simples à suivre : retirez la tique avec une pince fine ou un tire-tique, désinfectez le point de morsure, puis photographiez le petit acarien si possible. Dans les 14 jours qui suivent, consultez un médecin en lui montrant l'image, si vous ressentez de façon brutale un des symptômes de la FHCC, comme de la fièvre, des maux de tête ou des douleurs dans les muscles ou les articulations.


L.H

Tout
TF1 Info