Les deux principaux syndicats de dentistes et l'Assurance-maladie viennent de signer un accord historique.
Pour lutter contre les "déserts dentaires", l'installation géographique des dentistes sera notamment désormais régulée.
Un examen bucco-dentaire pourra aussi être remboursé tous les ans pour les 3-24 ans à partir de 2025.

Changements en vue dans les cabinets dentaires. Un accord historique vient d'être signé entre les deux principaux syndicats de dentistes et l'Assurance-maladie. La profession met en avant l'objectif d'une "génération zéro carie" pour les plus jeunes, comme souhaité par le gouvernement. Ainsi, elle a accepté certaines contraintes, comme la régulation géographique de leur installation, contre des avancées en matière de prévention. Que vont changer toutes ces nouvelles règles pour vous lors de votre passage chez le dentiste ? Passage de revue des principales mesures.

Moins de "déserts dentaires" à l'avenir

Alors que la régulation géographique de l'installation de nouveaux médecins dans les déserts médicaux est toujours vigoureusement rejetée par les généralistes, leurs confrères dentistes ont fait le choix inverse. Désormais, dans les villes les mieux dotées en dentistes, l'Assurance-maladie ne conventionnera un nouveau praticien uniquement s'il y a un autre dentiste qui lui cède sa place. Objectif de cette évolution : amener les dentistes à établir leur cabinet dans les zones les moins bien loties au niveau dentaire. 

"Dans certains territoires, comme la Creuse ou l'Yonne, il y a sept fois moins de dentistes qu'à Paris par nombre d'habitants", indique à TF1info Pierre-Olivier Donnat, président des Chirurgiens-Dentistes de France, l'un des deux syndicats signataires de l'accord. Pour le spécialiste, même s'il va falloir du temps avant d'apercevoir les effets d'une telle mesure, la régulation géographique des dentistes "va dans le bon sens". 

L'autre élément ayant convaincu les dentistes d'aller dans cette voie est qu'elle mettra un frein au développement des chaînes de grands centres dentaires urbains, souvent ciblés par les libéraux pour leur prise en charge parfois douteuse. Comme les libéraux, les dentistes exerçant au sein de ces structures seront aussi concernés par la régulation.

Un examen bucco-dentaire remboursé tous les ans pour les 3-24 ans

Jusqu'à présent, un examen bucco-dentaire réalisé tous les trois ans était déjà remboursé à 100% par la Sécurité sociale pour les 3-24 ans. À partir de 2025, cette consultation sera désormais annuelle. "C'est très intéressant, car cela permettra de suivre beaucoup plus précisément cette génération, se félicite Pierre-Olivier Donnat. D'autant que lors de ce genre d'examen, on ne se contente pas de regarder s'il y a des caries ou s'il n'y en a pas. On évoque les habitudes alimentaires, on explique les méthodes de brossage de dents pour les plus petits, on parle des addictions et de leurs effets avec les plus âgés..."

Cet examen généralisé s'accompagne toutefois d'une hausse de dix euros du tarif de cet examen bucco-dentaire par rapport à aujourd'hui. Les chirurgiens-dentistes veulent même aller plus loin, et élargir cette cohorte de patients d'une année à chaque nouvel exercice. "Sur le principe, il est acté qu'elle puisse s'élargir chaque année à une génération supplémentaire, de sorte qu'on suive les 3-25 ans, puis les 3-26 ans..." Un accord devra tout de même entériner cette volonté dans les prochaines années.

Certains soins mieux pris en charge

En juin, l'annonce de la baisse de la part du remboursement par la Sécurité sociale de 70 à 60 % des soins dentaires avait inquiété certains acteurs du secteur. Le nouvel accord signé la semaine dernière apporte de son côté de bonnes nouvelles pour la prise en charge de certains soins. "Par exemple, aujourd'hui, pour être totalement pris en charge, une couronne dentaire posée une dent du fond devait être totalement métallique, explique Pierre-Olivier Donnat. C'est efficace, mais ce n'est pas forcément très beau. Dans les prochaines années, il y aura possibilité d'avoir une couronne esthétique, blanche, sur les molaires, avec un reste à charge zéro."

Il en va de même pour la pose d'un bridge de trois éléments, un dispositif qui renforce la protection d'une dent en s'appuyant sur d'autres dents. Enfin, la pose d'un vernis fluoré pour protéger les dents des caries sera également prise en charge à 100% jusqu'à 24 ans, contre l'âge de 9 ans aujourd'hui.


Theodore AZOUZE

Tout
TF1 Info