Déserts médicaux : des inégalités toujours plus fortes pour accéder à un médecin ou un dentiste

par Theodore AZOUZE
Publié le 14 novembre 2023 à 19h01

Source : JT 20h Semaine

Un nouveau rapport montre que les inégalités d'accès à un médecin généraliste ou un dentiste se sont encore creusées en 2022.
Cela fait plusieurs années que les écarts d'accessibilité à un rendez-vous chez le médecin se creusent.
Une situation d'autant plus problématique que le nombre de médecins exerçant en cabinet est en baisse depuis dix ans.

Des écarts d'accès aux soins toujours plus importants. Un nouveau rapport de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques) montre ce mardi que les inégalités pour accéder à un rendez-vous chez un médecin généraliste ou un dentiste ont continué de se creuser en 2022. Pour établir ce constat, l'organisme a comparé le nombre de rendez-vous accessibles aux 10% de la population les mieux dotés en médecins généralistes par rapport aux 10% de la population les moins bien dotés en la matière. 

Calculés grâce à un indicateur prenant en compte plusieurs facteurs d'accès aux soins dans chaque commune, les résultats de l'étude montrent que certains citoyens sont un peu plus lésés d'année en année pour prendre rendez-vous. Le bilan est clair : les Français les mieux lotis en nombre de médecins sur leur territoire ont accès en moyenne à 5,7 consultations par an. À l'inverse, pour la proportion la moins bien dotée en la matière, la moyenne chute à 1,5 consultation par an.

Des règles pour limiter les déserts dentaires dès 2025

Mais le rapport montre surtout une tendance inquiétante : l'écart d'accessibilité entre ces deux parties de la population a progressé de 4% entre 2021 et 2022 ! Pour l'organisme affilié à l'État, cela "témoigne d’inégalités croissantes d’accessibilité aux médecins généralistes, dans la poursuite de la tendance observée les années précédentes". Cet écart augmente aussi de 7% pour l'accès à un rendez-vous chez le chirurgien-dentiste entre les deux années. 

Concernant cette spécialité, les deux principaux syndicats de dentistes et l'Assurance-maladie avaient trouvé un accord l'été dernier pour limiter le nombre de déserts dentaires en France dans les prochaines années. Un changement de doctrine a été entériné à propos de l'implantation territoriale des chirurgiens-dentistes : à partir de 2025, dans les villes les mieux dotées en dentistes, un praticien ne peut être conventionné uniquement si un confrère lui cède sa place. L'objectif ? Faire implanter davantage de cabinets dans les territoires, souvent ruraux, manquant de dentistes.

De leur côté, les médecins généralistes refusent toujours toute forme de régulation géographique de leur activité. Surtout, le nombre d'entre eux exerçant en cabinet a baissé de 11% ces dernières années. Obtenir un rendez-vous chez un généraliste est donc devenu plus difficile dans toutes les régions, y compris dans les zones les mieux dotées en médecins. Au niveau national, en 2022, le nombre de consultations accessibles chez ce professionnel de santé a diminué de 0,8% par rapport à 2021.


Theodore AZOUZE

Tout
TF1 Info