L'info passée au crible
Verif'

50.000 postes créés en Ehpad en 5 ans : le gouvernement a-t-il abandonné son objectif ?

Thomas Deszpot
Publié le 3 octobre 2022 à 15h14
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Lors de la campagne présidentielle, peu après le scandale Orpea, Emmanuel Macron avait annoncé son souhait de recruter 50.000 infirmiers et aides-soignants en cinq ans.
Le projet de loi de finance 2023 ne prévoit pourtant que 3000 créations de postes l'an prochain.
Le ministère de la Santé assure ne pas renoncer à ses objectifs et évoque "une montée en charge" au cours du quinquennat.

Le député socialiste Jérôme Guedj ne cache pas une forme d'amertume : il regrette que, sous la présidence d'Emmanuel Macron, le "grand âge" soit devenu un "laboratoire des promesses non tenues". L'élu s'explique et glisse que durant la campagne présidentielle, le chef de l'État avait promis "50.000 postes dans les Ehpad en cinq ans". Problème : le projet de loi de finances de la sécurité sociale pour 2023 ne prévoit que "3000 postes" créés. À ce rythme, il manquerait 35.000 postes sur les 50.000 à la fin du quinquennat. 

Côté gouvernement, on confirme que ces chiffres sont exacts tout en assurant que les objectifs affichés restent pleinement d'actualité. Il faut s'attendre, confie-t-on à TF1info, à une "montée en charge" dans les années à venir.

172 millions d'euros mis sur la table

Combien de postes seront réellement créés en 2023 ? Pour le savoir, il faudra logiquement attendre la fin de l'année prochaine pour tirer un bilan, mais le gouvernement a en tout cas prévu 3000 recrutements d'infirmiers et aides-soignants. "Cela répond notamment à une demande de transformation des Ehpad pour les rendre plus médicalisés", indique le ministère de la Santé. Ces postes sont anticipés dans le projet de loi de finances 2023 de la sécurité sociale, et font l'objet d'une ligne de comptes spécifique. L'enveloppe consacrée à ces embauches supplémentaires est de "172 millions d'euros précisément", note l'entourage de François Braun. 

Pour parvenir aux 50.000 postes promis (inscrits noir sur blanc dans le programme du président-candidat), il faudra que le gouvernement parvienne entre 2024 et 2027 à créer 47.000 postes, soit 11.750 par an. Un rythme atteignable ? "C’est toujours la trajectoire", assure le cabinet du ministre, même l'hypothèse d'un léger dépassement n'est pas exclue. "L’horizon se situe entre la fin du quinquennat et 2030", explique-t-on à TF1info. "Il s’agit d’une montée en charge qui s’opèrera chaque année et qui doit s’accompagner d’une forte action sur l’attractivité." 

Le ministère plaide pour un "pragmatisme vis-à-vis de la vacance des postes et des personnels disponibles", une référence au manque récurrent de personnels infirmiers dans les hôpitaux et les structures médico-sociales. Un chantier majeur qui sera "abordé dans le cadre du Conseil national de la refondation"

Lire aussi

Si des financements supplémentaires seront requis pour atteindre les objectifs fixés, il sera également nécessaire de trouver des leviers supplémentaires afin de convaincre des candidates et candidats d'occuper ces postes nouvellement créés. Pour cela, "un plan d’attractivité a été lancé sous le précédent quinquennat et se poursuit", ajoute l'entourage de François Braun. Tant "en termes de revalorisation des salaires que de qualité de vie au travail, d’organisation du temps de travail, d’évolution de carrière, de formation, etc." 

Et de rappeler que "les personnels des établissements médico-sociaux ont bénéficié d’une revalorisation du point d’indice", tandis que "l’ensemble des personnels soignants en établissements comme à domicile ont bénéficié des revalorisations du Ségur".

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas Deszpot

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info