Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Un Ehpad de Lorraine perd près de la moitié de ses pensionnaires

La rédaction de LCI
Publié le 20 avril 2020 à 17h13
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

CORONAVIRUS - L'Ehpad Saint-Dominique de Mars-la-Tour (Meurthe-et-Moselle) a connu une hécatombe, ces deux dernières semaines, avec le décès de près de la moitié de ses résidents.

L'Ehpad de Mars-la-Tour a payé un terrible tribut au coronavirus. La directrice de ce petit établissement de Meurthe-et-Moselle a annoncé lundi 20 avril que 22 de ses 51 pensionnaires étaient décédés ces 15 derniers jours, vraisemblablement du Covid-19. "Le 2 avril, nous avons eu deux décès et après plusieurs. On savait qu'il y avait beaucoup de résidents symptomatiques", a expliqué à l'AFP Stéphanie Remiatte, directrice de l'Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes Saint-Dominique, où un plan d'urgence a été activé. 

Mi-avril, déjà, une équipe du centre hospitalier de Nancy étaient intervenues pour tester 33 résidents sur 34. Il en avait résulté que 26 étaient positifs et sept négatifs au Covid-19. Mais les résidents n'étaient pas les seuls touchés : un bon tiers du personnel avait aussi été touché, avec 19 cas positifs sur 52. 

Quatre autres résidents ayant depuis été transférés dans deux autres hôpitaux, il reste aujourd'hui 25 résidents, compte la directrice. "Ca a été fulgurant. Certains résidents n'étaient même pas symptomatiques et en deux heures", leur état de santé s'est fortement dégradé. "On n'est pas armé face à ce genre de crise sanitaire, il faut gérer l'urgence", a poursuivi Stéphanie Remiatte, précisant qu'un accompagnement psychologique avait été mis en place pour le personnel, qui, lui, reste au complet.

Coronavirus : les Ehpad peinent à faire face à la criseSource : JT 13h WE
JT Perso

Certaines visites vont reprendre

Comment le virus s'est-il propagé aussi violemment ? L'établissement avait pourtant interdit les visites des familles dès le 9 mars, deux jours en avance sur la consigne du gouvernement qui allait dans ce sens. Les pensionnaires avaient été contraints à un confinement strict une semaine plus tard. "Mais ça n'a pas suffi car nous avons onze chambres doubles, ce qui ne facilite pas l'isolement, et beaucoup de résidents sortent de leur chambre et déambulent dans les couloirs", constate Stéphanie Remiatte.

Lire aussi

Face à ce drame et à sa violence, la directrice a décidé de faire appeler les familles des patients en fin de vie pour qu'elles puissent assister à leurs derniers moments. La région Grand Est a perdu 1400 résidents d'Ehpad ou d'autres établissements médico-sociaux, selon le bilan du jeudi 16 avril, morts à l'hôpital ou dans leur résidence.


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info