HÔPITAL - Bruno Retailleau (LR) a regretté sur LCI "qu'actuellement en France 330 postes" de réanimateurs ne soient pas pourvus. Un chiffre authentique, mais issu d'une enquête réalisée "hors pandémie".

En pleine pandémie, il y aurait encore plusieurs centaines de postes vacants dans les services d'urgence. Invité sur le plateau de LCI, Bruno Retailleau a regretté ce mardi 11 janvier que, "faute de personnel soignant", la France ne puisse pas se doter davantage de lits d’hôpitaux pour faire face au Covid-19. Selon le président du groupe Les Républicains au Sénat, il y aurait "actuellement 330 postes de réanimateurs" qui ne sont pas pourvus. Qu’en est-il réellement ? 

Une enquête sur 85% des lits

De fait, le nombre de postes médicaux vacants en réanimation "a doublé en dix ans", comme le regrettaient en juin dernier 

sept organisations de réanimateurs, demandant au gouvernement de multiplier par deux le nombre d'internes formés à cette spécialité. Une alerte qui s'appuyait sur une enquête publiée par le Collège des Enseignants de Médecine Intensive - Réanimation (CeMIR). Réalisée de novembre 2020 à avril 2021 auprès de 299 services de réanimation, elle représentait 85% du nombre de lits que compte le pays. Or, sur cet échantillon, il ressortait qu'un total de "329 postes de médecins réanimateurs ne sont pas pourvus en France".

Un chiffre remis au goût du jour par le sénateur de droite. Seulement, si ces travaux devaient permettre de montrer la dégradation des services, cette "démographie des réanimations françaises" portait sur un état des lieux "hors pandémie". L'enquête ne comprend donc pas les étudiants ou retraités mobilisés spécifiquement pour répondre à la crise sanitaire.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia SIDERIS

Tout
TF1 Info