Diversification alimentaire : quels aliments à éviter avant l'âge de trois ans ?

par Emma FORTON
Publié le 13 février 2024 à 16h59, mis à jour le 15 février 2024 à 14h46

Source : JT 20h WE

En décembre dernier, deux fillettes ont été contaminées à la bactérie E.coli, après avoir mangé du morbier au lait cru.
Un accident sanitaire qui relance le débat sur la diversification alimentaire des enfants.
Avant trois ans, quels aliments faut-il éviter ?

La bactérie E.coli a de nouveau prouvé à quel point elle pouvait être dangereuse. Deux victimes ont été intoxiquées après avoir consommé du morbier au lait cru. Contaminée le 19 décembre dernier, Clara, un bébé de 18 mois, a été placée sous dialyse pendant trois semaines, puis plongée dans un coma artificiel durant 25 jours. La fillette est dans l'impossibilité de manger ou de marcher. Elise, 7 ans, a été contaminée le 23 décembre. La jeune fille a été placée dans un coma artificiel et intubée. Depuis, ses reins sont dysfonctionnels, si bien qu'une greffe serait envisagée. 

"Ce type d'événement est toujours choquant et fait peur aux parents qui ont besoin d'être rassurés", affirme Florence Pujol, diététicienne-nutritionniste et spécialiste du comportement alimentaire, à TF1 Info. Une actualité qui relance le débat sur la diversification alimentaire des jeunes enfants : quels sont les aliments à éviter pour les moins de trois ans ?

"Tous les produits crus restent dangereux pour les enfants"

L'hospitalisation des deux petites filles pose naturellement la question du lait cru et des fromages. "Il faut éviter le lait cru qui est porteur de germes et qui peut entraîner des gastro-entérites, des déshydratations, voire la mort de l'enfant", assure la diététicienne. À la place, "favoriser le lait pasteurisé qui est cuit à une certaine température et qui permet donc de tuer les germes". 

Selon le ministère de l'Agriculture et de la souveraineté alimentaire, "les enfants de moins de cinq ans ne doivent pas consommer de fromage au lait cru." Cependant, comme le nuance Florence Pujol, "il y a eu des manquements, ces événements arrivent rarement." En effet, "les fromages sont passés dans des bassines de réchauffement puis fermentés, il y a ainsi moins de risques de développer des bactéries. En plus, des vérifications sanitaires des fromages sont réalisées à la sortie." Dans la lignée des produits laitiers, "il faut bien vérifier qu'il y ait la mention "yaourt" sur les pots, car il y en a beaucoup qui n'ont pas de bactéries et sont donc des desserts lactés."

Globalement, "tous les produits crus restent dangereux pour les enfants", comme le steak tartare, les sushis, et même le jaune d'œuf dans une mousse au chocolat. Les charcuteries crues, qui contiennent par ailleurs du sel et des nitrates, sont à éviter et il vaut mieux manger du jambon cuit. De même, les fruits de mer restent des produits crus. "Il faut faire attention quand l'odeur paraît étrange, mais il est, par exemple, possible de donner des moules, en s'assurant qu'elles soient bien cuites", précise Florence Pujol. Pour les légumes, "lavez-les et privilégiez leur cuisson : il ne faut pas acheter des carottes crues déjà découpées sous emballage." Le poisson est à consommer pas plus de deux fois par semaine. Attention, qui dit aliments à risque "ne signifie pas automatiquement que l'enfant va tomber malade, mais le risque zéro n'existe pas", nuance-t-elle. 

Enfants contaminés par la bactérie E.Coli : comment sont contrôlés les fromages ?Source : JT 20h Semaine

Attention au miel et aux produits végétaux

D'autres aliments, parfois insoupçonnés, sont aussi à risque pour les enfants de moins de trois ans. Par exemple, le miel, "est formellement interdit avant un an, car il peut causer du botulisme infantile", certifie la diététicienne. Il faut éviter les radis et les fèves qui sont "des produits terreux que l'on a du mal à laver complètement". Pour les jus de fruits, c'est soit acheter des jus pasteurisés, soit les faire soi-même "sans la peau et les zestes qui contiennent des bactéries". Comme le suggère Florence Pujol, autant "faire boire de l'eau et faire manger des fruits aux enfants"

De plus en plus de familles adoptent le régime végétarien. Problème : "Les produits sont extrêmement transformés. Il est donc essentiel de revenir à la base avec des céréales, des légumineuses et des fruits secs". Dans la même logique, privilégier le fait maison et éviter l'industriel. "C'est sûr que c'est pratique quand on est parent, mais il est important que la majorité des produits soient maison", atteste-t-elle. Les produits congelés sont, quant à eux, à "consommer le jour même" et "les restes à jeter"

Autre point de crispation chez les parents : les bonbons. Ils ne sont pas à proscrire, selon la diététicienne. "Avec leurs couleurs inexistantes et leurs saveurs qui pétillent, ils permettent aux enfants d'apprendre à se risquer en mangeant. Les bonbons ont une fonctionnalité dans le développement et la socialisation de l'enfant : les bonbons, ça se partage ! Il faut leur en donner lors d'occasions particulières".

L'importance de l'hygiène

La contamination des enfants à la bactérie E.coli fait aussi ressurgir des questions d'ordre sanitaire. En effet, l'hygiène est importante pour les parents, en cuisine. Avec des enfants en bas âge, il faut "laver le réfrigérateur une fois par mois, car c'est un nid à bactéries, se laver les mains et celles de l'enfant et laver les surfaces. C'est la base", conseille Florence Pujol. Autre recommandation : "Observez vos enfants et s'ils n'ont plus faim, laissez-les ne pas finir leur assiette".

Toutes ces recommandations s'appliquent aux enfants de moins de trois ans, car "c'est à cet âge qu'il y a davantage de risques et donc qu'il faut faire attention". De trois à cinq ans, l'enfant "a plus de masse, un système digestif et immunitaire plus développé et il a donc de quoi se défendre. Les parents pourront ainsi être plus souples", ajoute la diététicienne. 

En termes d'alimentation, c'est souvent le risque d'intoxication qui est mis en avant. Cependant, il faut noter un autre danger plus courant : l'étouffement. "Il faut éviter les petits aliments ronds. Par exemple, pas de tomates cerise ou de mini-saucisses", conclut-elle.


Emma FORTON

Tout
TF1 Info