Le pass sanitaire instauré en France

Restrictions sanitaires : "On ne pourra pas tout relâcher", prévient le Pr Fontanet

Publié le 4 septembre 2021 à 7h00
JT Perso

Source : TF1 Info

CRISE SANITAIRE - Interrogé ce vendredi sur LCI au sujet de la prolongation du pass sanitaire, l'épidémiologiste et membre du Conseil scientifique Arnaud Fontanet a rappelé le "niveau élevé de la circulation du virus", estimant qu'il ne fallait pas "relâcher" ses efforts.

Au micro de Darius Rochebin, l'épidémiologiste Arnaud Fontanet est revenu sur la situation sanitaire qu'il décrit comme "plutôt stable" tout en notant "un niveau élevé de la circulation du virus". Ce vendredi, la France enregistre 13.466 cas en 24 heures et compte 10.816 personnes hospitalisées - 73 de moins que la veille. 

Pour le membre du Conseil scientifique, il n'est pas question de desserrer la bride bien que la quatrième vague semble maîtrisée. Alors que le président Emmanuel Macron a déclaré, ce jeudi à Marseille, qu'il n'excluait pas une prolongation du pass sanitaire au-delà du 15 novembre, le professeur Fontanet semble abonder dans ce sens sur le plateau de LCI. "On ne pourra pas tout relâcher."

D'autant plus que la France pourrait rentrer dans une période plus sensible sur le plan sanitaire à la fin du mois de septembre. Avec la rentrée et le refroidissement des températures, l'épidémiologiste anticipe "une augmentation du nombre de cas" dans les prochains jours. De quoi le pousser à répéter la nécessité de ne pas baisser la garde face à l'épidémie attisée par le variant Delta : "Il  faudra continuer à contrôler la circulation du virus (...) Il va falloir appliquer des mesures qui nous permettront de réduire de 20 à 30% nos contacts." 

Le retour d'un couvre-feu "peu vraisemblable"

Selon lui, la mise en place d'un confinement ou d'un couvre-feu apparaît "peu vraisemblable". La prolongation du pass sanitaire pourrait, elle, faire partie des solutions. "Le fait que la poussée épidémique ait été contrôlée, c'est grâce aux mesures instaurées - dont le pass sanitaire fait partie", souligne le professeur Fontanet, qui espère toutefois que les contraintes "n'aillent pas trop loin". 

Sur le plan de vaccination, un seul mot d'ordre pour l'épidémiologiste de l'Institut Pasteur : "Progresser." Alors que 67% de la population a reçu un schéma vaccinal complet, l'un des objectifs serait d'atteindre "les 100% de vaccinées chez les personnes de plus de 85 ans". Par ailleurs, le professeur - qui a choisi de garder son masque sur le plateau - a tenu à rappeler la nécessité des gestes barrières affirmant qu'il était désormais connu que "l'efficacité du vaccin contre le variant Delta diminue".  

Lire aussi

Dans ce cas, un troisième dose devrait-elle être élargie à toute la population ? "C'est l'objet d'un débat (...) Le bénéfice de la troisième dose serait de réduire la circulation du virus au sein de la population", répond le spécialiste. L'issue de la crise sanitaire reste d'ailleurs selon lui suspendue à la circulation de nouveaux variants qui pourraient venir perturber davantage l'équation. En évoquant le variant Mu, présent en Amérique latine, le spécialiste se veut cependant rassurant : "Ce n'est pas un danger immédiat, (...) mais on peut s'attendre à ce qu'il devienne problématique."


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info