Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : le niveau de vaccination est "désolant", alerte la présidente du Covars

M.L avec AFP
Publié le 4 décembre 2022 à 9h30
JT Perso

Source : JT 13h WE

"Les Français ne se vaccinent pas, ou pas assez", a alerté Brigitte Autran, la présidente du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires.
Face à la remontée des cas de Covid-19, elle appelle à accélérer la campagne vaccinale.
L'immunologue préconise également de "renforcer le port du masque".

Alors que les contaminations au Covid-19 repartent à la hausse en France, la campagne vaccinale, elle, semble battre de l'aile. Brigitte Autran, présidente du Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires (Covars), l'héritier du Conseil scientifique, a déploré dimanche le niveau "désolant" de la vaccination contre le virus, en appelant par ailleurs "à renforcer le port du masque, tout comme les gestes barrières". L'instance rendra un avis sur l'épidémie dans les prochains jours.

Face à la recrudescence des cas de Covid-19, la spécialiste a estimé qu'"on ne parle pas réellement de neuvième vague, mais nous sommes dans une ascension". Dans ce contexte tendu, "c’est vraiment désolant que les Français ne se vaccinent pas, ou pas assez", a-t-elle regretté dans une interview au Journal du dimanche. "On a le même problème avec la grippe : il y a un niveau moindre de vaccination cette année, par rapport aux années précédentes. Il faut vraiment que les Français se protègent", a exhorté la scientifique. 

Elle a ainsi souligné au passage "un point de préoccupation" au sujet de la "triple épidémie", avec la progression en parallèle des contaminations au virus de la grippe et de la bronchiolite. "Nous appelons les Français à se faire vacciner le plus rapidement possible", à la fois contre le Covid et contre la grippe, a-t-elle insisté.

"Il faut aller vers un port du masque le plus possible dans les lieux clos"

Selon les dernières données des autorités sanitaires, remontant à lundi dernier, deux millions de personnes avaient reçu une injection de rappel contre le Covid-19 depuis le lancement de la campagne de rappel le 3 octobre, lancée pour les personnes à risque, notamment tous les plus de 60 ans. D'après ces chiffres, 1,8 million d'entre elles avaient reçu une injection avec des vaccins bivalents, qui ciblent la souche originale et la souche Omicron du Covid.

Dans le détail, seuls 31,6% des 60-79 ans étaient considérés comme protégés par la vaccination au 28 novembre (7,2% grâce au rappel bivalent), un chiffre qui baisse à 13% pour les 80 ans et plus (9,4% avec le rappel bivalent). "Dans ce contexte, un renforcement de la vaccination s’impose", préconise également Santé publique France.

Lire aussi

"Nous demandons à renforcer le port du masque, tout comme les gestes barrières et la vaccination", a plus largement plaidé Brigitte Autran, alors que la Première ministre Elisabeth Borne a lancé cette semaine un "appel solennel" au port du masque dans les lieux clos, en particulier les transports en commun. "Le retour du masque obligatoire est une décision politique et ce n’est pas à nous de le décider. Mais il faut aller vers un port du masque le plus possible dans les lieux clos, là où il y a une promiscuité importante", a-t-elle insisté. 

La présidente du Covars a par ailleurs indiqué que l'instance donnera "un avis complet" sur la situation épidémique à la fin de semaine ou au début de la suivante. Enfin, sur la question controversée de la réintégration des soignants non-vaccinés, le Covars campe sur sa position. "C’est aussi une décision politique, mais nous considérons que les soignants doivent être vaccinés. C’est une question de responsabilité. Celle du soignant vis-à-vis de ses malades est de les protéger et de se protéger", a estimé l'immunologue.


M.L avec AFP

Tout
TF1 Info