Trois choses à savoir sur le Paxlovid, la pilule anti-Covid de Pfizer validée par la HAS

Audrey LE GUELLEC
Publié le 17 janvier 2022 à 15h38, mis à jour le 21 janvier 2022 à 17h36
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

EN BREF - La Haute autorité de santé (HAS) a donné ce vendredi son feu vert à l'utilisation de l'antiviral Paxlovid comme traitement curatif contre le Covid 19. Le principe actif de sa pilule anti-Covid sera en partie produit par le français Novasep dès cet été. Que sait-on de ce traitement ?

La Haute autorité de santé (HAS) a donné cson feu vert à l'utilisation de l'antiviral Paxlovid comme traitement curatif contre le Covid 19, ce 21 janvier. Les premières livraisons sont attendues en France d'ici quelques jours. Suite à l'avis de l'agence nationale du médicament, la HAS "autorise l'accès précoce au traitement Paxlovid (nirmatrelvir/ritonavir) du laboratoire Pfizer pour les adultes atteints de Covid-19 ne nécessitant pas d'oxygénothérapie et à risque élevé d'évolution vers une forme grave de la maladie".

Il s'agit d'un traitement avant tout destiné aux populations à risque (personnes très âgées, immunodéprimées, atteintes de certaines maladies rares...). Cette pilule est administrée par voie orale à raison de trois comprimés par jour pendant cinq jours. Il est recommandé de la prendre dès que possible après le diagnostic positif au Covid-19 et au maximum dans les cinq jours suivant l'apparition des symptômes.

Le géant pharmaceutique Pfizer a annoncé qu'il comptait investir dans les cinq ans plus de 520 millions d’euros dans l'Hexagone, notamment dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Une partie de la production de sa pilule Paxlovid va notamment être confiée au Français Novasep. Basée à Mourenx, à 30 kilomètres de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, l'entreprise pourrait produire le principe actif de ce traitement dès le troisième trimestre 2022. "Le groupe rejoint ainsi le réseau mondial de fournisseurs de Pfizer, qui fabriquera jusqu’à 120 millions de boîtes [de Paxlovid] destinées aux patients dans le monde entier d’ici la fin 2022" se réjouit Novasep dans un communiqué. Mais que sait-on de ce traitement ? 

Quelle est sa composition ?

Similaire au Molnupiravir, l'antiviral du laboratoire pharmaceutique américain Merck, la pilule Pfizer est une combinaison de deux molécules, précisait le laboratoire américain dans communiqué publié en novembre, qui sont prise sous forme de comprimés séparés. L'une, l'agent actif PF-07321332, empêche la protéine du virus de se répliquer. La seconde est l'antiviral Ritonavir, un inhibiteur de la protéase utilisé pour le traitement des infections par le VIH.

Les antiviraux, qui agissent en diminuant la capacité d'un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie, son faciles à administrer, et peuvent être pris simplement chez soi avec un verre d'eau.

Que disent les premières données ?

En décembre dernier, Pfizer a annoncé que sa pilule réduirait de 89% le risque d'hospitalisation ou de décès dans les 3 jours suivant l'apparition de symptômes. Plus en détail, selon les résultats intermédiaires de l'étude principale chez des patients non hospitalisés et non vaccinés qui présentaient une maladie symptomatique et qui risquaient de développer une forme sévère de la maladie, Paxlovid "réduisait le risque d'hospitalisation et de décès lorsque le traitement était administré dans les 5 jours suivant le début des symptômes", et le traitement devrait s'étendre sur cinq jours. Il devrait rester efficace contre Omicron selon des tests réalisés en laboratoire, a également annoncé Pfizer. "Le Paxlovid va permettre de réduire le risque de mortalité de façon très significative", commente auprès du Parisien le virologue Bruno Lina, membre du Conseil scientifique.

Les premiers retours de l'utilisation de ce traitement, notamment en Israël, apparaissent encourageants, les effets secondaires les plus fréquents étant une perturbation du goût, une diarrhée et des nausées. Ce dernier n'est toutefois pas recommandé pendant la grossesse et chez les personnes susceptibles de tomber enceintes. L'allaitement devrait aussi être interrompu lors de la prise du traitement. 

Quid de son prix ?

Pfizer précise que le prix de son traitement sera déterminé en fonction du niveau de revenu de chaque pays afin de respecter une équité mondiale. "Les pays à revenu élevé et moyen supérieur paieront plus que les pays à faible revenu", résume le laboratoire en signalant que des accords d'achat anticipé ont déjà été conclus avec plusieurs pays.

Pour rappel, le 10 janvier, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé avoir entamé l'examen d'une demande d'autorisation dans l'UE de la pilule anti-Covid de Pfizer, précisant qu'un avis pourrait être émis en "quelques semaines". L'EMA avait déjà approuvé en décembre son utilisation en cas d'urgence dans l'Union européenne, afin de soutenir les autorités nationales, qui peuvent décider d'une éventuelle utilisation précoce du médicament. 


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info