L'UFC-Que Choisir s'inquiète de l'explosion des dépassements d’honoraires des médecins spécialistes

Publié le 22 février 2024 à 12h34

Source : TF1 Info

Plus de la moitié des médecins spécialistes pratiquent des dépassements d’honoraires.
Une enquête de l’association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonce "l’envolée du prix des soins" et s’inquiète de ses conséquences sur la santé des plus modestes.

En 2021, 52,6 % des médecins spécialistes en libéral pratiquaient le dépassement d’honoraire. Une augmentation de 6,4 % en 5 ans. L’association de consommateurs UFC-Que Choisir est parvenu à cette conclusion en compilant les données de l'Assurance maladie.

Sur les huit spécialités observées dans l’étude, la gynécologie décroche la palme du dépassement avec 71,4 % des praticiens concernés pour un dépassement moyen de 20,60 €. Suivent ensuite 66,7 % d’ophtalmologues, excédent le tarif de l'Assurance maladie de 13,80 € en moyenne et 58,8 % d’anesthésistes pour 10,90 € complémentaires.

D’importantes inégalités territoriales

Dans le détail, les moyennes nationales masquent de profondes inégalités territoriales. L’association relève qu’une consultation peut coûter jusqu’à 2,5 fois plus chère d’un département à l’autre. Paris s’affiche en champion toute catégorie des dépassements, suivis par le reste de l’Île-de-France, des départements littoraux du sud (Alpes-Maritimes et Var notamment) ou encore de quelques départements aux importants bassins de population, à l’image du Rhône ou du Bas-Rhin. À Paris, par exemple, une consultation gynécologique coûte 80,50 € en moyenne. Dans les Hauts-de-Seine, les cardiologues réclament 77,80 €.

Les rares départements qui comptent peu de médecins spécialistes libéraux aux dépassements importants se trouvent en milieu rural. "Les patients tendent à résider soit dans un désert géographique, soit dans un désert financier, aux médecins relativement plus nombreux, mais aux tarifs très élevés. Ils sont pris au piège d’une manière ou d’une autre", regrette UFC-Que Choisir.

Toujours plus de renoncement aux soins

"L’ampleur des dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins spécialistes entraînent un intolérable renoncement aux soins pour de nombreux citoyens", déplore l’association. Pour étayer son propos, UFC-Que Choisir a réalisé un sondage en novembre 2023 auprès d’un échantillon représentatif de 1004 personnes. Résultat, 45 % des répondants les plus modestes peinent à trouver des rendez-vous médicaux, contre seulement 4 % des ménages les plus aisés. 38 % des personnes s’estimant en mauvaise santé renoncent à des soins pour raisons financières.

Face à cet éloignement croissant du tarif conventionnel, UFC-Que Choisir demande "la fermeture de l’accès au secteur 2 (à honoraires libres) pour les nouveaux médecins arrivants". L’association propose également de conditionner d’éventuelles augmentations des tarifs de base de la sécurité sociale à une réduction effective des restes à charge pour les patients.


Geoffrey LOPES

Tout
TF1 Info