Tous les fauteuils roulants intégralement remboursés "avant la fin 2024"

par A. Lo. avec AFP
Publié le 11 avril 2024 à 21h18

Source : JT 13h Semaine

La ministre chargée des Personnes handicapées, Fadila Khattabi, a réitéré la promesse d'Emmanuel Macron faite en avril 2023.
Elle a assuré que tous les fauteuils roulants, électriques ou manuels, seraient intégralement remboursés.
La mesure doit être appliquée "avant la fin 2024".

La promesse sera tenue. Auprès de l'AFP, la ministre chargée des Personnes handicapées, Fadila Khattabi a assuré, jeudi 11 avril, que "l'engagement fait par Emmanuel Macron de rembourser intégralement les fauteuils roulants, électriques et manuels, sera tenu avant la fin 2024". 

Une enveloppe rallongée

Le chef de l'État avait effectivement annoncé, lors de la conférence nationale du handicap, qu'il souhaitait rembourser les fauteuils roulants, utilisés par un million de personnes en France. Un nombre voué à augmenter du fait du vieillissement, alors que la majorité des usagers sont des personnes âgées. Depuis cette promesse, le sujet fait l'objet de négociations entre la direction de la Sécurité sociale, industriels fabricants et distributeurs.

L'enveloppe initiale, de 300 millions d'euros, selon le ministère, avait néanmoins été jugée insuffisante pour assurer le remboursement intégral de tous les fauteuils, manuels ou électriques, standards ou spécifiques. Dans un entretien à La Croix, la ministre de la Santé, Catherine Vautrin, a précisé qu'elle avait été rallongée, sans détailler le montant, pour ne pas aiguiser les appétits des industriels pendant les négociations.

La mesure sera prise en charge par l'Assurance-maladie et les complémentaires santé, sans reste à charge pour l'usager. À l'heure actuelle, le prix d'un fauteuil manuel peut atteindre jusqu'à 10.000 euros, celui d'un électrique jusqu'à 50.000 euros. Un second round de négociations va commencer dans les prochains jours. Le gouvernement souhaite que les associations, comme le Collectif Handicaps ou APF France Handicap, "aient une place plus importante et fassent des propositions", indique-t-on au ministère.


A. Lo. avec AFP

Tout
TF1 Info