L'info passée au crible
Verif'

Hépatite aiguë chez l'enfant : pourquoi la piste d'un effet de la vaccination est-elle écartée ?

Felicia Sideris
Publié le 27 avril 2022 à 17h17
JT Perso

Source : TF1 Info

Les 169 cas d'hépatite aiguë touchant des enfants ne cessent de nourrir les interrogations.
Face au mystère qui perdure, certains internautes affirment qu'il y aurait un lien avec la vaccination contre le Covid-19.
Sauf que cette hypothèse est "définitivement écartée", puisque la quasi-totalité des enfants hospitalisés n'était pas vaccinée.

L'origine de la maladie est mystérieuse. Alors, comme souvent quand il y a une inconnue dans l'équation, l'inquiétude règne. Et avec elle, les thèses complotistes. Certains internautes croient ainsi savoir que la hausse du nombre d'enfants atteints d'une soudaine hépatite, jugée "inhabituelle et inquiétante", serait liée à la campagne de vaccination contre le Covid-19.

"Le vaccin n'est pas anodin dans l'hépatite chelou qui se déclare chez les enfants un peu partout dans le monde", croit ainsi savoir un internaute ce mercredi 27 avril. "Pourquoi dit-on qu'on ne sait pas ce qui en est la cause alors que la cause en est connue", publie une autre. Un dernier va jusqu'à affirmer que "le vaccin de Pfizer serait responsable de l'épidémie d'hépatite chez les enfants". À leurs yeux, le fait que les autorités aient écarté rapidement la piste de la vaccination serait même le signal que ce sont bien les injections qui sont à l'origine de ces inflammations sévères du foie. Mais derrière ces suspicions, quelle réalité ?

Des enfants trop jeunes pour être vaccinés

Pour rappel, dans une communication publiée le 21 avril, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) émettait trois pistes de réflexion pour expliquer cette recrudescence de cas d'hépatites. La première est celle d'une "sensibilité accrue chez les jeunes enfants à la suite d'un niveau de circulation plus faible de l’adénovirus pendant la pandémie de Covid-19". Comprendre par là que deux ans de gestes barrières, liés à l'épidémie de Covid-19, ont pu rendre le système immunitaire de certains enfants plus fragiles. La deuxième est celle d'une émergence d'un nouvel adénovirus, plus virulent. Enfin, la troisième est celle d'une "co-infection par le Covid-19". 

Alors, pourquoi aucune de ces pistes n'évoque la vaccination ? Pour la simple et bonne raison que les patients sont trop jeunes pour être concernés par la campagne vaccinale. Dans une analyse des données publiée dans la revue Science, la chercheuse Meredith Wadman notait ainsi que sur les 77 cas analysés, tous avaient moins de cinq ans. Donc "aucun n'avait reçu de vaccin contre le Covid-19", à son arrivée à l'hôpital, comme le souligne la chercheuse. Quid des autres enfants ? Sur les 169 cas répartis dans onze pays européens et aux États-Unis, la "grande majorité des enfants touchés n'ont pas reçu le vaccin Covid-19", confirme l'Organisation mondiale de la Santé. 

Par ailleurs, le professeur Jérôme Le Goff souligne auprès de TF1 Info qu'après un an de campagne vaccinale et "plusieurs milliards de personnes vaccinées à travers le monde", aucun lien épidémiologique n'a jamais été établi "avec l'apparition d'hépatite sévère aiguë". 

Lire aussi

Pour le professeur à l'Université Paris Cité, les choses sont donc claires. L'hypothèse du vaccin "peut être définitivement écartée". D'autant que celle-ci ne s'appuie sur aucun fondement scientifique. Quant aux autres théories, il plaide pour la patience. "Beaucoup d'investigations sont en cours", souligne-t-il. Avant de rappeler qu'attendre ces résultats pour se prononcer permettra d'éviter "de dire des bêtises". 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info