Pour empêcher que l'hôpital public ne "s'écroule", 5000 soignants appellent le gouvernement à réagir

M.L (avec AFP)
Publié le 21 décembre 2022 à 22h43

Source : JT 13h Semaine

Un collectif de plus de 5000 signataires interpellent Emmanuel Macron sur "la dégradation sans précédent" de l'hôpital public.
Dans cette tribune publiée mercredi dans "Le Monde", ils estiment que ce système de santé "n'est plus capable d'amortir la moindre crise sanitaire" et réclament une action d'"urgence".

"Il y a urgence" : un collectif de plus de 5000 médecins, soignants et agents hospitaliers appelle à agir "très rapidement" face à un hôpital public plus que jamais fragilisé, dans une tribune adressée notamment à Emmanuel Macron, publiée mercredi dans Le Monde. "Les pouvoirs publics, à commencer par le chef de l'État lui-même, doivent avoir conscience que l'hôpital public est en train de se fissurer et bientôt de s'écrouler. Aujourd'hui, il s'agit ni plus ni moins d'empêcher qu'il ne redevienne l'hospice du XIXe siècle", lancent-ils dans ce texte diffusé à quelques jours de Noël. 

Pour ces soignants, dont plusieurs chefs de structures, "l'hôpital public n'est plus capable d'amortir la moindre crise sanitaire, même si elle est prévisible, comme la chaleur en été et la bronchiolite en hiver". Signalant la "dégradation sans précédent de notre système hospitalier", ils se montrent particulièrement inquiets face à "la triple épidémie actuelle de Covid-19, de grippe et de bronchiolite" qui "épuise son personnel et amène à annuler ou à repousser beaucoup d’autres soins, ce qui entraîne des pertes de chances importantes pour beaucoup de malades".

Des mesures "insuffisantes pour corriger quinze ans de restrictions"

Un constat rejoignant celui de Rémi Salomon mercredi matin sur BFMTV/RMC : "Face à ces épidémies très fortes, on a un hôpital en difficulté, des lits fermés, une capacité d'accueil réduite", avait alerté le président de la Conférence des présidents de Commission médicale d'établissement des CHU. "Les urgences sont saturées partout. Aujourd'hui, on est dans une situation critique partout."

Aux yeux des signataires de la tribune, "les mesures déjà prises à l'initiative du président de la République sont loin d'être négligeables, mais elles ont été insuffisantes pour corriger quinze ans de restrictions". Près de deux ans et demi après la signature du Ségur de la santé, un plan de revalorisation des salaires de plusieurs milliards d'euros, "la situation s'est encore aggravée et la confiance des soignants s'est profondément dégradée", estiment-ils. 

Ils renouvellent "avec force quatre propositions concrètes pour sauver l'hôpital public", à "mettre en œuvre très rapidement". Le collectif de soignants réclame, entre autres, un horaire défini et un ratio maximal de patients par infirmière, ce qui nécessiterait d'embaucher "environ 100.000 infirmières" sur trois ans. Il plaide aussi pour la poursuite de la revalorisation financière amorcée par le Ségur, en priorité "pour valoriser le travail de nuit et de week-end et prendre en compte le coût élevé du logement des soignants travaillant dans les grandes villes". Un "vrai changement de gouvernance" de l'hôpital, pour sortir de la logique de "gestion financière", et un changement du mode de financement figurent aussi parmi leurs préconisations.


M.L (avec AFP)

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info