Hypertension : et si c'était un mal "contagieux" dans le couple ?

Publié le 11 décembre 2023 à 17h35

Source : JT 20h Semaine

Selon une récente étude, partager sa vie avec une personne souffrant d'hypertension artérielle pourrait accentuer le risque d'être soi-même concerné.
Cette découverte étonnante pourrait permettre d'améliorer la détection et la prise en charge de la maladie.

La santé cardiovasculaire de votre conjoint n'est pas au beau fixe ? Méfiez-vous, c'est peut-être également le cas de la vôtre. C'est en tout cas ce que suggère une étude qui s'est intéressée aux liens étonnants entre les tensions artérielles respectives des conjoints. Publiée le 6 décembre dernier dans le journal de l'American Heart Association, cette dernière a mis en évidence que l'hypertension est concordante chez près d'un couple sur deux.

"Nous voulions savoir si de nombreux couples mariés qui ont souvent les mêmes intérêts, le même environnement de vie, les mêmes habitudes de vie et les mêmes résultats en matière de santé pouvaient également partager une tension artérielle élevée" a ainsi expliqué dans un communiqué le coauteur principal de l'étude Jithin Sam Varghese, professeur adjoint de recherche à l'Université Emory (Etats-Unis).

L'hypertension concordante chez près d'un couple sur deux?

Pour répondre à cette question, les chercheurs ont analysé la tension artérielle de 3989 couples américains, 1086 couples britanniques, 6514 couples chinois et 22389 couples indiens dont les membres étaient tous âgés de 45 ans ou plus. Verdict : au sein des quatre pays étudiés, entre 20% et plus de 40% des couples hétérosexuels souffrent conjointement d'hypertension. Plus en détail, en Angleterre, c'est le cas pour près de la moitié des couples étudiés (47%), puis 38% aux États-Unis, 21% en Chine et 20% en Inde. De même, en Chine, les épouses mariées à des conjoints souffrant de cette maladie étaient 26% plus susceptibles que celles dont les maris ne sont pas concernés de la développer à leur tour. Elles le sont 19% plus en Inde et 9% aux États-Unis et en Angleterre. 

Selon les chercheurs, des différences culturelles significatives et notamment des croyances culturelles fortes favorisant l'unité familiale pourraient expliquer cette influence plus prononcée du conjoint sur la santé cardiovasculaire en Chine et en Inde. 

"Notre étude est la première à examiner l'hypertension artérielle au sein de couples issus de pays à revenus élevés et moyens", souligne encore Jithin Sam Varghese. 

Si les étonnants résultats qui en ressortent méritent d'être corroborés par d'autres travaux, ils pourraient permettre d'améliorer la détection et la prise en charge de la maladie. Les chercheurs suggèrent notamment de développer le dépistage en couple ou encore la participation conjointe à des programmes de traitement.


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info