Initialement prévues avant l'été par Macron, les assises de la santé mentale repoussées à septembre

La rédaction de LCI
Publié le 15 juin 2021 à 13h25
Emmanuel Macron,  le 1er juin 2021 à l'Élysée.

Emmanuel Macron, le 1er juin 2021 à l'Élysée.

Source : Bertrand GUAY / AFP

SANTÉ MENTALE - Emmanuel Macron avait approuvé mi-janvier la tenue d'"assises de la psychiatrie et de la santé mentale", après l'alerte de nombreux professionnels du secteur.

Initialement voulues par Emmanuel Macron pour avant l'été, les assises de la psychiatrie et de la santé mentale sont repoussées à "septembre prochain" pour que "le travail préparatoire" se poursuive "tout au long de l'été", a annoncé ce mardi 15 juin le ministère de la Santé dans un communiqué de presse

"Devant le succès rencontré par la consultation" et "le souhait manifesté par de nombreuses organisations de pouvoir formuler des propositions au-delà de cette consultation", "le travail préparatoire se poursuivra tout au long de l'été et les assises se tiendront en septembre prochain", a précisé le ministère. 

Consultation ouverte à tous les Français

Début décembre, quatre psychiatres et une psychanalyste réputés avaient appelé le gouvernement à "passer à l'action" de façon urgente pour que tous les Français qui le nécessitent puissent accéder à des soins psychiatriques, alors que la crise sanitaire du Covid-19 accroît les besoins. Un mois auparavant, Olivier Véran, ministre de la Santé, avait assuré que le gouvernement voulait "à tout prix éviter une troisième vague, qui serait celle de la santé mentale".

Emmanuel Macron avait donc approuvé mi-janvier, lors d'une visioconférence avec des pédopsychiatres, la tenue avant l'été d'"assises de la psychiatrie et de la santé mentale", avec un axe dédié à l'enfance afin d'améliorer l'accès aux soins pédopsychiatriques.

Lire aussi

Depuis, le gouvernement a lancé une consultation ouverte à tous les Français pour "faire remonter des besoins, des propositions d'évolution, des solutions pour l'avenir du secteur"

D'après le ministère, cette consultation "a recueilli près de 15.000 réponses" et "une adresse générique dédiée, assises.santementale.psychiatrie@sante.gouv.fr a été ouverte", "de nombreuses organisations" ayant souhaité "pouvoir formuler des propositions au-delà de cette consultation", a précisé le ministère.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info