Crise des urgences : trois questions pour comprendre la situation

Kattalin Caubet
Publié le 7 juin 2022 à 18h46
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Une partie des soignants s'est mobilisée, ce mardi, face à une situation qui ne fait que s’aggraver dans les services d’urgences français, selon eux.
Pourquoi en est-on arrivé là et comment peut-on envisager l’avenir ?
Le médecin urgentiste Gérald Kierzek a répondu aux questions de TF1info.

Les soignants sont en colère. En pleine crise des urgences et à seulement quelques jours des élections législatives, plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers ont lancé un appel à la mobilisation pour ce mardi 7 juin. Face aux fermetures de services d'urgences et à une forte pénurie de médecins, les professionnels de santé appellent à revoir entièrement la gestion du système.

Une situation qu'évoque, pour TF1info, le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste, directeur médical de Doctissimo et consultant pour TF1-LCI.

Quelle est la situation actuelle des urgences et pourquoi en sommes-nous arrivé là ?

"Il n’est pas normal d’avoir, en 2022 en France, un service d'urgences restreint", affirme notre interlocuteur. "Ça fait longtemps que cette crise dure, mais le problème, ces dernières années, c’est que la situation suite au Covid s’est aggravée et les personnels sont démotivés et partent. Rien n’a changé, au contraire !", poursuit-il.

Quelles sont les mesures à mettre en place ?

"C’est l’ensemble du système qu’il faut repenser" préconise aussi le médecin, avant d’expliquer qu'il "faut revoir la gouvernance et ceux qui décident doivent être ceux qui sont sur le terrain, c'est-à-dire les soignants, et non des managers qui voient la situation seulement à travers des tableaux Excel". Autre mesure primordiale à mettre en œuvre : la valorisation des métiers du secteur, enchaine le Dr Kierzek. "La priorité devrait être de prendre soin des soignants, il faut revenir à de la bienveillance ; de même, le maillage territorial doit être revu, avec réouverture d’hôpitaux de proximité qui travaillent main dans la main avec les médecins généralistes, notamment", confie aussi notre consultant.

Lire aussi

Faut-il s'inquiéter pour l’été ?

"Oui, il faut s’inquiéter, comme pour tous les étés, mais il faut aussi s’inquiéter pour l’hiver et il faut aussi s’inquiéter pour toutes les autres saisons", déclare aussi l’urgentiste, alors qu'un grand nombre de soignants ne savent pas s’ils vont pouvoir partir en vacances. "Tous les jours, nous recevons beaucoup de demandes d’intérim, c’est la seule solution pour rester ouverts pour certains hôpitaux. Mais ça serait déshabiller d’un côté pour rhabiller de l’autre. Encore une fois, ça montre que l’attractivité des hôpitaux est à repenser", ajoute le Dr Gérald Kierzek.


Kattalin Caubet

Tout
TF1 Info