Invasion de méduses : faut-il s’inquiéter ?

par Marion MOUTON pour TF1 INFO
Publié le 7 juillet 2023 à 7h00

Source : JT 20h WE

Cet été, les méduses ont fait une apparition très remarquée sur les plages de la côte Ouest.
Une situation en partie liée au réchauffement climatique.
Plusieurs espèces de méduses ont été recensées sur ces plages. Restez vigilants !

Attention, ça pique ! Depuis le début de l’été, des centaines de milliers de méduses envahissent les plages du littoral Atlantique. Une situation qui préoccupe les baigneurs.  Mais comment expliquer cette présence excessive ? Et quel est leur niveau de dangerosité ? 

Un phénomène naturel ?

Si les images de centaines de méduses échouées sur le sable surprennent les vacanciers, elles sont pourtant à l’origine d’un phénomène tout à fait naturel. En effet, ces animaux marins se reproduisent pendant l’hiver et grandissent au printemps. Rien d’anormal donc à la perspective d’en croiser durant le mois de juin. 

Le vent serait en partie responsable de ce phénomène. Les méduses n’ont pas de nageoires et voyagent en fonction des vents. Elles sont donc tributaires des courants de surface.  Récemment, ces vents venaient du nord-ouest, poussant les méduses sur la côte Atlantique. 

Une conséquence du réchauffement climatique ?

La hausse des températures n’est pas non plus étrangère à la présence de méduses sur la côte Ouest. Elles sont attirées par les courants chauds. Il faut donc s’attendre à en croiser davantage dans les années à venir… 

À noter que la surpêche favorise l’apparition de méduses. Les poissons représentent une menace pour elles. Ce sont des prédateurs, mais aussi des concurrents, qui se nourrissent également de zooplancton. Conclusion : si les poissons disparaissent, les méduses peuvent se déplacer et se nourrir plus facilement. 

Ces méduses sont-elles dangereuses ?

Actuellement, trois espèces principales de méduses ont été recensées sur les plages du littoral Atlantique. La méduse boussole : d’un diamètre de 10 à 30 cm, reconnaissable grâce aux motifs bruns, en forme de V, présents sur son ombrelle, est très urticante. Le contact avec ses tentacules provoque des brûlures et des démangeaisons.  

La méduse Aurelia aurita : cette méduse transparente de couleur bleutée mesure entre 25 et 40 cm. Il s’agit de l’espèce la plus répandue en France. Elle est parfaitement inoffensive. 

La méduse rhizostome : de couleur bleu clair, son ombrelle est bordée d’un liseré bleu. Il s’agit d’une méduse de grande taille. Elle peut faire jusqu’à 1 mètre de diamètre. Mais elle n’est absolument pas dangereuse. 


Marion MOUTON pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info