L'épidémie de bronchiolite s'étend, deux nouvelles régions en alerte rouge

Publié le 2 novembre 2023 à 21h04

Source : JT 20h WE

L'épidémie de bronchiolite continue de prendre de l'ampleur dans le pays.
Ce jeudi, Santé publique France a placé deux nouvelles régions en alerte rouge.

Le nombre de cas de bronchiolite ne cesse d'augmenter. Alors que quatre régions de métropole étaient jusqu'ici placées en "phase épidémique" par Santé publique France, l'agence sanitaire en a classé deux de plus en alerte rouge. Ce jeudi, le Centre-Val de Loire et le Grand Est ont rejoint la Normandie, l'Île-de-France, les Pays de la Loire et la Bretagne, qui étaient déjà placés dans cette catégorie, tout comme la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane.

Santé publique France

Il faut dire que les chiffres sont en hausse. D'après le bilan de Santé publique France, 3189 enfants de moins de deux ans sont passés aux urgences pour bronchiolite entre le 23 et le 29 octobre, "soit 13% des passages dans cette classe d'âge". Car si cette maladie, causée principalement par le virus respiratoire syncytial (VRS) et qui provoque des difficultés respiratoires aux bébés, est généralement sans gravité, elle peut parfois déboucher sur des passages aux urgences et des hospitalisations.

Six régions en phase pré-épidémique

Ainsi, 1042 enfants de moins de deux ans ont été hospitalisés pour bronchiolite (dont 987 de moins d'un an) lors de cette période. Une hausse de 33% en une semaine, selon l'agence sanitaire. Dix-huit d'entre eux ont même dû être hospitalisés en services de réanimation, soit 20% de plus que la semaine précédente.

Presque toutes les régions demeurent concernées par ce phénomène. Les Hauts-de-France, la Nouvelle-Aquitaine et l'Occitanie sont toujours considérées en phase "pré-épidémique" par Santé publique France. Cette alerte orange est étendue depuis ce jeudi à la Bourgogne-Franche-Comté, l'Auvergne-Rhône-Alpes, et la Provence-Alpes-Côte d'Azur.

L'épidémie reste toutefois inférieure à celle observée l'an dernier, qui avait atteint des niveaux inédits. En 2022, à la même date, plus de 20% des passages aux urgences des enfants de moins de deux ans concernaient la bronchiolite (13% cette année), même s'il est encore bien trop tôt pour en tirer des conclusions sur le visage de l'épidémie cette saison. L'une des grandes questions est l'effet qu'aura un nouveau traitement préventif, le Beyfortus de Sanofi. Initialement proposé à tous les bébés nés depuis février, il est actuellement réservé aux maternités, dans l'attente de nouveaux stocks.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info